Les Mémoires : tribune pour une apologie de soi. L’exemple du duc de La Force (1558-1652).

Ce papier est la transcription de ma communication au colloque international Usages et fonctions de la rhétorique. Regards interdisciplinaires sur la raison pratique, Bruxelles, 16-18 mai 2013.

Les Mémoires d’Ancien Régime constituent des témoignages, des récits rétrospectifs de ce que leur auteur a pu voir, vivre, entendre. Situés au carrefour de l’histoire et de l’autobiographie, ces textes justificatifs permettent une analyse des mentalités de leur temps. Ils regorgent en effet de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte.

Jacques Nompar de Caumont, premier duc de La Force, occupa de nombreuses charges d’excellence en son temps. Il était personnage de guerre influent, un calviniste convaincu et très actif dans sa communauté, un appui pour Henri IV. L’interrogatoire qu’il fit subir à François Ravaillac,  contribua, entre autres faits, à développer sa notoriété[1]. Cet épisode de la vie de La Force doit s’inscrire à la longue liste des éléments remarquables de cette existence, relatés dans ses Mémoires.

Continuer la lecture de « Les Mémoires : tribune pour une apologie de soi. L’exemple du duc de La Force (1558-1652). »