Corpus de Mémoires des guerres de Religion

 

Alors naturellement, établir un corpus n’a pas été la partie la plus sympa du travail de thèse… Mais il fallait bien commencer quelque part !

Il a d’abord fallu faire un inventaire des Mémoires de la première modernité, à la fois les textes publiés et les manuscrits. J’ai donc flemmardement utilisé les bibliographies des études littéraires sur le genre, qui se sont avérées très précieuses[1]. Elles m’ont offert une première liste de textes sur lesquels travailler. En outre, les répertoires bibliographiques se sont révélés être d’une grande aide. Continuer la lecture de « Corpus de Mémoires des guerres de Religion »

Pour une étude des Mémoires

 

Lorsque le corpus sur lequel on travail est vaste, on se perd rapidement dans les note : les papiers libres s’accumulent et l’on croule sous une montagne de fichiers informatiques. Jusque là, je n’apprends rien à personne…

Continuer la lecture de « Pour une étude des Mémoires »

Ecrit de soi et combat politique. Les Mémoires de Jeanne d’Albret, reine de Navarre

Un nouvel article publié ces derniers jours. En ces temps de rédaction de la thèse, j’espère qu’ils vont être de plus en plus nombreux !

http://rief.revues.org/1006

Bonne lecture !

Les Mémoires : tribune pour une apologie de soi. L’exemple du duc de La Force (1558-1652).

Ce papier est la transcription de ma communication au colloque international Usages et fonctions de la rhétorique. Regards interdisciplinaires sur la raison pratique, Bruxelles, 16-18 mai 2013.

Les Mémoires d’Ancien Régime constituent des témoignages, des récits rétrospectifs de ce que leur auteur a pu voir, vivre, entendre. Situés au carrefour de l’histoire et de l’autobiographie, ces textes justificatifs permettent une analyse des mentalités de leur temps. Ils regorgent en effet de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte.

Jacques Nompar de Caumont, premier duc de La Force, occupa de nombreuses charges d’excellence en son temps. Il était personnage de guerre influent, un calviniste convaincu et très actif dans sa communauté, un appui pour Henri IV. L’interrogatoire qu’il fit subir à François Ravaillac,  contribua, entre autres faits, à développer sa notoriété[1]. Cet épisode de la vie de La Force doit s’inscrire à la longue liste des éléments remarquables de cette existence, relatés dans ses Mémoires.

Continuer la lecture de « Les Mémoires : tribune pour une apologie de soi. L’exemple du duc de La Force (1558-1652). »

La Saint-Barthélemy des mémorialistes. Témoignages depuis l’intérieur du Louvre.

La Saint-Barthélemy, cette journée dramatique et sanglante, « a infléchi l’histoire de France »[1]. En effet, l’ampleur du massacre et le contexte dans lequel il fut perpétué, l’exécution de tant de protestants malgré le maintien des Edits de pacification, et la poursuite du carnage en dépit des ordres de Charles IX d’y mettre fin ont contribué à marquer profondément les esprits et à susciter un intérêt marqué des historiens pour ces quelques jours de l’été 1572.

Bien des mémorialistes – qui constituent aujourd’hui le cœur de mes recherches – ont évoqué la barbarie de ces journées. Les rues ensanglantées, la Seine rouge, les cadavres s’amoncelant dans les rues de la capitale mais surtout les attaques aveugles, touchant hommes, femmes, enfants, sans distinction aucune. Ces récits sont bien connus, et Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné en sont probablement le texte le plus évocateur.

Continuer la lecture de « La Saint-Barthélemy des mémorialistes. Témoignages depuis l’intérieur du Louvre. »

Comment étudier les Mémoires d’Ancien Régime ?

Mémoires. Ce terme masculin, pluriel, avec une majuscule, caractérise une écriture de soi rétrospective et constitue un témoignage posthume légué à la postérité, un appel à des juges inconnus et désintéressés.

Étudier ces textes est une entreprise captivante. Ils constituent des recueils quasi inépuisables de ressources pour le chercheur qui, en les lisant, se place au cœur même de la vie de ces hommes – et ces femmes – qui jouèrent un si grand rôle dans le royaume de France. Les Mémoires regorgent de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte. Le mémorialiste peut ainsi se dévoiler et user de critique, parfois de manière cinglante, envers le pouvoir, les favoris ou la cour. Tous ces éléments, mêlés à la pleine implication de l’auteur dans le récit par le biais du moi, suscitent la curiosité du lecteur et le plaisir du chercheur.

Pourtant, étudier ces morceaux d’histoire, fourmillant d’idées, de personnages, d’anecdotes, représente un travail minutieux et nécessite une attention particulière

Pour lire l’intégralité de l’article, rendez-vous sur http://devhist.hypotheses.org/1852