Comment étudier les Mémoires d’Ancien Régime ?

Mémoires. Ce terme masculin, pluriel, avec une majuscule, caractérise une écriture de soi rétrospective et constitue un témoignage posthume légué à la postérité, un appel à des juges inconnus et désintéressés.

Étudier ces textes est une entreprise captivante. Ils constituent des recueils quasi inépuisables de ressources pour le chercheur qui, en les lisant, se place au cœur même de la vie de ces hommes – et ces femmes – qui jouèrent un si grand rôle dans le royaume de France. Les Mémoires regorgent de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte. Le mémorialiste peut ainsi se dévoiler et user de critique, parfois de manière cinglante, envers le pouvoir, les favoris ou la cour. Tous ces éléments, mêlés à la pleine implication de l’auteur dans le récit par le biais du moi, suscitent la curiosité du lecteur et le plaisir du chercheur.

Pourtant, étudier ces morceaux d’histoire, fourmillant d’idées, de personnages, d’anecdotes, représente un travail minutieux et nécessite une attention particulière

Pour lire l’intégralité de l’article, rendez-vous sur http://devhist.hypotheses.org/1852


Auteur : Bruno Morgant Tolaïni

Doctorant à l'EHESS sous la direction de Jean Boutier, ma thèse porte sur l'action écriture de Mémoires dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Une réflexion sur « Comment étudier les Mémoires d’Ancien Régime ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.