La thèse : 6 ans après…

 

Si mon inscription en thèse à l’EHESS a été effective en décembre 2012, tout avait démarré bien avant. Dès le mois de juin, il m’avait fallu prendre contact avec un directeur et mon choix se portait sur Jean Boutier. J’étais super hyper méga fier d’intégrer cette école : la claaaaasse 😎 ! J’approchais de la dernière étape d’un parcours débuté quelques années plus tôt à l’Université de Provence, où je réalisais un master en histoire moderne sur les Mémoires du duc de La Force puis un master de lettres modernes sur les Mémoires de La Rochefoucauld. En préparant ces deux travaux, je ne me voyais pas arrêter là mes études, je ne me voyais pas ne pas tenter, moi aussi, d’apporter ma pierre à l’édifice.

Pourtant, mon concours de l’enseignement réussi, j’étais déjà prof de dates et j’aurais pu m’en contenter. Mais je voulais poursuivre et obtenir le Graal : le doctorat ! Bien entendu, j’imaginais cela comme une promenade de santé et je considérais les doctorants qui se plaignaient comme des gens incapables de surmonter le moindre petit obstacle sans geindre. Mouais… J’allais vite comprendre ma douleur !

Si j’ai vraiment apprécié de travailler seul et à mon rythme, j’ai plusieurs fois pris un coup de pelle dans les dents, notamment lors de la réunion de ce qui était mon premier comité de thèse, pour me réinscrire en 5e année (ce n’était, auparavant, pas obligatoire). Assis sur une chaise dans le bureau de mon DT, mon travail était décortiqué par deux des personnes que j’admire le plus dans le domaine de la recherche : Isabelle Luciani et Nadine Kuperty-Tsur. Mais voilà le problème : alors que je m’installe (trop) sûr de moi, mon embryon de thèse est mis en pièce, quoiqu’avec bienveillance et gentillesse. Mais tout de même : quatre années pleines, un travail qui occupe l’essentiel de mes soirées et on me demande d’aller plus loin, encore plus loin, en intégrant des textes nouveaux… Je ne suis pas assez novateur. Aïe. Ça fait mal. Pire : je suis incapable de répondre correctement aux questions qui me sont posées, à argumenter et à défendre mes positions alors que je passe mes journées à parler à mes classes, aux gens, à moi-même, aux arbres…! Té-ta-ni-sé. 

Il faut donc recommencer. Je croyais pourtant avoir presque fini. Mais non : recommencer, encore. 

Evidemment, avec le recul, toutes ces déconvenues ont été bénéfiques. Mais c’était dur à encaisser.

Aujourd’hui, six ans après le début de la thèse, quatorze ans après ma première inscription à l’université, trente et un ans après mon entrée à l’école, je m’apprête à ne plus savoir ce que c’est que d’avoir une réduction au MacDo grâce à ma carte d’étudiant. C’est très étrange comme sensation. Joie, crainte, excitation, tout se mêle. Et il faut désormais affronter la soutenance, et les questions du jury (de rêve) : Jean Boutier, Arlette Jouanna, Christian Jouhaud, Nadine Kuperty-Tsur, Guy Le Thiec, Isabelle Luciani, Dinah Ribard.

Verdict le 8 décembre !


Auteur : Bruno Morgant Tolaïni

Doctorant à l'EHESS sous la direction de Jean Boutier, ma thèse porte sur l'action écriture de Mémoires dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Une réflexion sur « La thèse : 6 ans après… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.