Les Mémoires : tribune pour une apologie de soi. L’exemple du duc de La Force (1558-1652).

Ce papier est la transcription de ma communication au colloque international Usages et fonctions de la rhétorique. Regards interdisciplinaires sur la raison pratique, Bruxelles, 16-18 mai 2013.

Les Mémoires d’Ancien Régime constituent des témoignages, des récits rétrospectifs de ce que leur auteur a pu voir, vivre, entendre. Situés au carrefour de l’histoire et de l’autobiographie, ces textes justificatifs permettent une analyse des mentalités de leur temps. Ils regorgent en effet de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte.

Jacques Nompar de Caumont, premier duc de La Force, occupa de nombreuses charges d’excellence en son temps. Il était personnage de guerre influent, un calviniste convaincu et très actif dans sa communauté, un appui pour Henri IV. L’interrogatoire qu’il fit subir à François Ravaillac,  contribua, entre autres faits, à développer sa notoriété[1]. Cet épisode de la vie de La Force doit s’inscrire à la longue liste des éléments remarquables de cette existence, relatés dans ses Mémoires.

Le désir d’apporter leur contribution personnelle à l’histoire est la motivation la plus fréquemment alléguée par les mémorialistes[2]. Le souci apologétique est particulièrement visible chez tous ceux qui, ayant joué un rôle actif sur la scène publique, cherchent à se disculper des accusations qui ont suivi leur échec[3]. Si leur combat était perdu dans le présent, il importait aux mémorialistes que leur nom, la gloire de leurs actes atteigne la postérité. Les Mémoires représentaient une tribune où l’homme disgracié, dépouillé des attributs qui le définissaient, pouvait crier à l’injustice. L’entreprise mémorialiste se fondait sur une cause à plaider, une image à défendre.

La Force finit sa vie auréolé par le pouvoir royal : fait maréchal de France par Louis XIII puis duc et pair de France, il n’a pas terminé ses jours exilé, comme bon nombre des mémorialistes du XVIe siècle, mais retraité sur ses terres de province. Pourtant, à de nombreuses reprises il dut s’opposer au second Bourbon et à sa politique envers l’Eglise réformée de France, entrainant l’infortune pour lui et pour ses fils ; même ses relations avec Henri IV, dont il fut l’ami et le protégé, ne furent pas sans heurts. Ces troubles, pour un homme qui passa sa vie à servir des causes qu’il pensait justes, conduisirent indiscutablement Caumont à faire le récit de sa vie, afin de laisser une trace de ses actions. En rédigeant ses Mémoires, le duc de La Force s’élevait par l’écriture, en mettant en avant ses exploits et les moments de sa vie qu’il considérait comme remarquables.

Le récit des grandes actions d’une carrière

Les Mémoires d’épée, chronologiquement bordés par les guerres de religion jusqu’aux lendemains de la Fronde, ont été amenés à remanier de façon décisive tout l’héritage médiéval pour en enrichir les données et en redistribuer les lignes de force[4]. En effet, la notion d’individu, centrale dans les Mémoires, s’était affranchie durant tout le XVe siècle des interdits religieux qui inhibaient et conditionnaient le discours que la personne pouvait tenir sur elle-même. Pour les mémorialistes, il ne s’agissait pas d’écrire l’Histoire, mais d’écrire une histoire dans laquelle ils étaient le point central[5]. L’histoire du duc de La Force, celle qui méritait d’être racontée, fut sans conteste le récit des grandes actions qu’il accomplit au cours de sa vie d’homme de guerre, au service ou contre le pouvoir royal. De l’enfance à la vieillesse, la ligne de vie est celle d’une carrière, majorant les aspects publics, les fonctions exercées, les missions accomplies, les initiatives, avec leurs aboutissements, consacrés ou non par la reconnaissance générale[6]. Il semble important de préciser que de très nombreux mémorialistes du temps, y compris Caumont, étaient, de naissance, dans une position sociale excentrée. Notre auteur était en effet un cadet devenu, après la mort de son frère lors de la Saint-Barthélemy, aîné malgré lui. Or cette position induisait une nécessité supplémentaire de faire ses preuves.  Le duc s’évertua tout au long de son œuvre à mettre en avant son honneur et sa bravoure au combat, ainsi que les honneurs dont le pouvoir monarchique le combla, en reconnaissance des exploits accomplis. En faisant état d’une carrière si riche, il se met très nettement en valeur et s’élève par l’écriture, lui qui n’était, au départ, pas destiné à un si grand théâtre.

 L’ensemble du texte de Caumont comporte de très nombreuses descriptions militaires, les périodes durant lesquelles notre mémorialiste ne combattit pas étant extrêmement réduites. Dès 1589, alors que Henri IV luttait contre Mayenne afin de ceindre la couronne de France, La Force se joignit au roi. Les récits sont particulièrement denses lorsque le duc évoque les moments où il dut faire face à des situations particulièrement périlleuses. Pour l’année 1634 lors de la campagne de France en Champagne, il raconta que quelques mois avant que Louis XIII ne lui donne l’ordre d’attaquer la ville de La Mothe, ils avaient évoqué ensemble la possibilité de prendre cette place, et que notre mémorialiste aurait mis en garde le roi. En signalant qu’il était d’abord réticent à mener une entreprise si délicate, la réussite du duc n’apparaît que plus belle dans ses Mémoires. L’œuvre regorge d’exemples de ce type, pensons notamment à la guerre de Savoie en 1600, au siège de Montauban en 1621, ou à la défense de Calais en 1632. Ils convergent tous vers le même but : faire des Mémoires du duc de La Force un recueil de ses exploits militaires.

Au XVIe siècle la noblesse, c’était la vertu. Parmi celles évoquées dans des ouvrages analogues aux miroirs des Princes, quatre reviennent avec insistance, outre les qualités de piété chrétienne et de fidélité au roi : la libéralité, la loyauté, la courtoisie et la magnanimité, qui nous importe ici. La magnanimité, ou la grandeur et la force de l’âme, était censée se manifester essentiellement sur les champs de bataille par la vaillance et la prouesse. Le courage au combat était une qualité très fortement valorisée. Le duc de La Force était un homme de conviction et s’il prit les armes, ce fut sans doute moins pour la gloire qu’il pouvait en tirer que pour la défense de ce qu’il pensait juste. En prenant la plume, il fit de ses exploits un vecteur essentiel de sa mise en valeur, étalant sa bravoure. La magnanimité dont fit preuve Caumont est certaine, l’œuvre de sa vie est suffisamment éloquente. Même si nous ne devons assurément pas croire aveuglément le récit qui nous est présenté, certains éléments attestent de la vaillance dont il fit preuve tout au long de sa carrière, notamment la reconnaissance de la monarchie.

Né dans une très ancienne famille provinciale, le duc de La Force appartient à ce que Jean-Marie Constant qualifie de « noblesse seconde ». Sa vie durant, il gravit un à un les échelons pour atteindre les sommets de la hiérarchie nobiliaire. Les différentes étapes de ce parcours escarpé sont toutes relatées dans l’œuvre que nous étudions. Très vite, Henri IV proposa à Caumont d’être gouverneur de Béarn ; de même, le récit de l’élévation des terres du duc en duché-pairie est fait dans ses Mémoires.

Naturellement, il aurait pu sembler surprenant que ces étapes primordiales de l’existence de notre mémorialiste ne fassent pas partie du récit de sa vie mais en les évoquant, Caumont mit très nettement ses actes en valeurs, actes particulièrement honorables puisqu’ils furent récompensées par le pouvoir royal, qui lui offrit titres et charges. En outre, dès que l’occasion s’y prêta, La Force rédigea l’attachement du roi à son égard, comme garantie d’actions vertueuses, ayant servi le royaume. Pour l’année 1602 par exemple, Caumont évoqua l’amour que Henri IV lui portait et qu’il lui témoigna dans une lettre à son attention.

Afin d’interpréter l’établissement d’un tel catalogue des honneurs accordés, certes extrêmement fréquent dans ce type d’écritures, il convient d’envisager le genre dans son ensemble. L’accumulation liée au négligé du style et au désordre de la narration constituent des notions que l’on retrouve dans bon nombre de Mémoires d’Ancien Régime. Cette marginalité théorique sert le mémorialiste, constituant un alibi qui lui permet d’aller au devant d’éventuelles critiques touchant à la réussite littéraire de son entreprise. Aussi, le duc de La Force, maîtrisant mal une rhétorique qui aurait pu sans aucun doute avoir un effet laudatif sur le moindre de ses exploits, fait parler à sa place les récompenses dont il fut gratifié pour sa remarquable carrière, les multiplie, et s’élève dans l’écriture par le récit de son élévation sociale.

Tous les éléments évoqués permettent d’envisager les Mémoires du duc de La Force comme le récit grandes actions de sa carrière : exploits, bravoure, vaillance, le récit constitue, par les éléments qu’il présente, une mise en valeur de son auteur. La plume constitue alors une stratégie pour se placer dans la lumière de l’histoire. Ce procédé ne fut cependant pas le seul utilisé par Caumont.

 Opposition au pouvoir et élévation de soi

 Le but des Mémoires est, sans conteste, de faire adhérer l’éventuel lecteur à la cause du mémorialiste qui « assiège l’histoire telle qu’elle prétend régner »[7]. Véritable plaidoyer, il s’agit alors, et parfois sans en donner l’impression, de convaincre. Mais comment convaincre de la légitimité d’un désaccord, voire d’une rébellion, lorsque l’opposant n’est autre que le représentant de Dieu sur terre ? Le duc de La Force évoqua à de nombreuses reprises ses différends avec l’autorité monarchique, et utilisa incontestablement ces épisodes de sa vie pour mettre en valeur son courage et son honneur dans la défense de ce qu’il croyait juste, y compris lorsque les décisions émanaient du roi lui-même.

D’abord dans l’affaire du duc de Biron. Charles de Gontaut-Biron, duc et pair de France, fut aussi célèbre pour sa trahison que pour son amitié envers Henri IV. Comblé d’honneurs en de récompenses de ses exploits militaires, mais égaré par l’orgueil et l’ambition, il n’hésita pas à entrer en relation avec l’Espagne et la Savoie dans un contexte de paix fragile avec ces deux états. Il s’agissait bel et bien d’un crime de lèse-majesté. Henri IV essaya à plusieurs reprises d’obtenir l’aveu et le repentir de Biron, en vain. Son procès fut rondement mené, le chancelier Pomponne de Bellièvre en personne présida la cour, et la condamnation à mort fut prononcée. Biron fut décapité le 26 juin.

Le récit de cette affaire est particulièrement dense dans les Mémoires du duc, témoignant ainsi de l’intérêt qu’il lui porta. Son désir d’objectivité est également très marqué, plus encore que dans le reste de son œuvre. Si bien que Caumont, qui n’a pas assisté à l’arrestation de Biron, utilisa, pour le récit de cette affaire, les écrits de son fils, le marquis de Castelnaut alors présent, comme gage d’authenticité. Le mécontentement de La Force dans cette affaire est sans équivoque. En outre, les efforts tentés pour obtenir la grâce de Biron ont été très nombreux. Constatant que le roi ne revenait pas sur sa décision, les parents de l’accusé allèrent se jeter aux pieds de Henri IV pour implorer sa grâce, et à cette occasion notre mémorialiste fit un petit discours, « usant des termes les plus exprès qu’il pût choisir pour émouvoir la clémence de sa Majesté »[8]. Il alla jusqu’au s’offrir comme caution, et proposa tous ses enfants en otage, en vain. C’est dans ces circonstances qu’il manifesta son opposition à la décision prise par Henri IV, quittant la cour. Dans ses Mémoires, en plus du récit de cette fuite qui marquait son mécontentement, les raisons qui firent perdre sa tête au maréchal de Biron sont sévèrement critiquées. Il retient notamment que lors d’un entretien entre Henri IV et le premier président du Parlement, Achille du Harlay, ce dernier affirma qu’il ne trouvait pas, à l’encontre du présumé traître  de crime digne de mort. Aussi, le roi envoya le chancelier en personne présider les séances, qui, « par une subtilité de droit, condamna le Maréchal de Biron »[9]. L’expression utilisée est suffisamment explicite : notre auteur considérait que la condamnation de son beau-frère n’était pas justifiée, ou du moins qu’elle ne méritait pas un tel châtiment. Enfin, il est également précisé dans ces Mémoires que Henri IV voulut offrir à Caumont la charge de maréchal de France, sans doute dans l’intention de signifier à notre mémorialiste que l’affection qu’il lui portrait était intacte, malgré cette conspiration d’un membre de sa famille. Caumont la refusa, il aurait sans doute été quelque peu déplacé d’accepter un tel titre alors que Biron allait être décapité. Mais ne pourrait-on tout de même pas voir dans ce rejet la marque de l’orgueil d’un homme qui n’a pas réussi à faire plier celui qu’il s’est évertué à défendre en toutes circonstances ? Quoiqu’il en soit, même si cela n’était pas le cas, préciser cet élément dans ses Mémoires sert la mise en valeur du duc, qui montre ainsi qu’il a décliné la plus haute distinction des armées par égard pour son beau-frère.

En utilisant son œuvre pour critiquer une décision qui émanait de son protecteur et son ami, notre mémorialiste prouve au destinataire du texte qu’il avait suffisamment de cran pour manifester son mécontentement, et qu’il ne fut pas seulement un pion manipulé à la guise du roi. Quant au règne de Louis XIII, il fut marqué par davantage de crises entre Caumont et le pouvoir, allant jusqu’à le prise des armes.

La période la plus marquante de la vie de notre mémorialiste, ou tout au moins de ses Mémoires concerne incontestablement les années 1621-1622, époque de la disgrâce ; le récit de ces années est le plus étoffé et le plus long contenu dans l’œuvre. Ces deux années représentent une centaine de pages de l’édition imprimée des Mémoires du duc de la Force, ce qui est particulièrement important par rapport au reste du récit. A titre de comparaison, il ne fallut que 119 pages pour couvrir la période allant de 1610 à 1621. La disgrâce représente un élément narratif significatif chez les mémorialistes d’Ancien Régime : il s’agit d’un événement souvent connu du destinataire et qui, en tant que tel, doit faire l’objet d’une représentation particulièrement soigneuse puisque, sans faire mentir les faits, il faut les présenter de façon à disculper totalement le mémorialiste, voire lui conférer l’aura de l’innocente victime.

Lors du rétablissement du catholicisme en Béarn par Louis XIII, une guerre éclata. Caumont avait pris la tête des réformés révoltés contre le roi. Une période d’incertitude dura jusqu’au début de l’année 1621, moment où la disgrâce effective de La Force intervint. Caumont s’investit pleinement dans la guerre qui opposait les protestants aux troupes royales. Ses Mémoires évoquent alors des attaques particulièrement féroces dans les deux camps : chaque ville prise était un enjeu stratégique de premier ordre, et les sièges furent nombreux. Le plus important pour notre auteur fut celui de Sainte-Foi, qui fut déterminant. Le récit de cette aventure est extrêmement valorisant pour La Force, car il raconte la manière avec laquelle il prit l’ascendant sur le parti du roi. Cette révolte n’a pas été vaine pour notre mémorialiste : le roi compensa sa perte des charges de gouverneur de Béarn et de capitaine des gardes du corps, accordant deux-cents mille écus. En outre, Louis XIII offrit à Caumont le bâton de maréchal de France, reconnaissant de cette manière ses talents militaires.

La guerre ne fut pas remportée par les protestants. Les succès personnels du roi, qui rappelaient à bien des égards les exploits de Henri IV, en imposaient à la noblesse, et les ralliements ne se firent pas attendre, notamment celui de notre mémorialiste. Naturellement, il n’est fait aucune mention de ces circonstances dans les Mémoires que nous étudions, et Caumont fit de cet épisode le point culminant de sa longue carrière, celui grâce auquel il atteignit les plus hautes sphères politiques et militaires. Une chose est sûre : en rapportant comment il mena avec bravoure le siège de Sainte-Foi alors que le roi remportait de nombreuses victoires, La Force mit en avant son courage et sa vaillance au combat.

Après avoir évoqué ces éléments, il apparaît clairement que les Mémoires du duc de La Force, en abordant les oppositions de leur auteur au pouvoir, contribuèrent à sa mise en valeur. Relater dans le récit de sa vie la manière avec laquelle il a manifesté ses désaccords, refusant la passivité dans des actions qui lui semblaient injuste, est une marque évidente de vertu qu’il se devait de transmettre au destinataire désigné de son œuvre, son fils.

Un manuel d’instruction

Les raisons pour lesquelles les gentilshommes écrivent leurs Mémoires étaient liées à leur origine. Comme le précise Hélène Germa-Romann, « on peut dégager deux grandes catégories de causes : éduquer sa descendance et / ou laver son honneur »[10]. Or ces deux concepts sont intimement liés à l’idéologie nobiliaire. Un gentilhomme s’inscrivait dans une lignée, il était très important pour lui de transmettre un nom, une gloire, un titre. Pour qui se préoccupait de gloire éternelle et de faire briller son lignage, les Mémoires étaient le plus précieux héritage que l’on puisse laisser à la postérité. Si l’on a pu considérer les Mémoires du duc de La Force comme une manière de laver une réputation qui aurait pu être ternie par l’histoire officielle après sa disgrâce, il ne faut cependant pas négliger la valeur instructive que notre auteur souhaitait conférer à son œuvre, se plaçant comme exemple, dans un récit qui devait faire éclater la vérité des exploits accomplis.

C’est dans la préface des Mémoires, véritable métadiscours sur le texte, que se théorise l’écriture mémorialiste. Parfois qualifiée de « première page », elle présente souvent, sous la forme de précautions oratoires, la manière dont le mémorialiste pense son récit[11]. La préface des Mémoires est le lieu où se noue le pacte entre le mémorialiste et le destinataire, rôle assumé autant par un lecteur désigné que par un lecteur fictif. Dès les premières lignes de la préface de son œuvre, il interpellait le narrataire : son fils, le marquis de Castelnaut. Si le destinataire avoué des Mémoires du duc est clairement ce fils qui insista pour connaître les détails de la vie d’un père à la carrière si remarquable, nous pouvons tout de même nous interroger à propos de l’éventuelle existence d’un narrataire implicite. La fin du courrier adressé à Castelnaut lors de la remise du manuscrit de l’œuvre semblerait indiquer que ce n’est pas le cas, puisqu’il l’implore de ne le montrer à personne. Pourtant, plusieurs éléments laissent supposer le contraire. Ce fils rédigea également ses Mémoires, publiés aussi en 1843. Le texte, très dense, ne concerne que deux années : 1621 et 1622, précisément la période la plus riche en détails de l’œuvre de Caumont. Or les Mémoires du duc de La Force, nous l’avons déjà souligné, se concentraient sur la carrière de leur auteur et Castelnaut, dès 1620, accompagna son père dans toutes les batailles qu’il dut mener. Pourquoi raconter à son destinataire des événements auxquels il prit lui-même part ? Pourquoi ne pas avoir interrompu le récit de sa vie au moment de sa disgrâce, ou pour renforcer la fonction apologétiste de ses Mémoires, lorsqu’il reçut le bâton de maréchal ? Emmanuèle Lesne a tenté de démontrer qu’à la différence du journal, il faut exclure l’autodestination radicale du genre des Mémoires et que, par convention, le genre n’est pas intime, les textes se destinant souvent à une publication, plus ou moins proche du moment de leur rédaction[12]. Cette analyse se vérifie dans le récit que nous étudions ici : si le duc de La Force voulait rectifier l’image que l’histoire donnera de son nom, c’est au même destinataire que celui de l’histoire qu’il faut s’adresser, et c’est probablement pour cette raison que l’on retrouve dans ces écrits de très nombreux moments que Castelnaut vécut lui aussi.

Pour nouer le pacte lié à l’écriture de ses Mémoires avec le destinataire de son œuvre, Caumont use du « je ». L’inscription du mémorialiste est ainsi d’abord grammaticale : elle se signale par la première personne du singulier. Ce phénomène est vérifiable dans de très nombreux Mémoires du temps : ce choix a une signification capitale car il permet de revendiquer avec ostentation la responsabilité de son écriture[13]. Cet acte équivaut à une signature dont l’importance est telle qu’au lieu de clôturer le texte, elle est apposée en en-tête. Elle joue, en effet, un rôle central dans la stratégie de persuasion : le mémorialiste cautionne de sa personne la vérité de son discours, et engage ainsi sa responsabilité vis-à-vis du lecteur. En outre, dans la préface des Mémoires du duc de La Force, les attributs sociaux de l’auteur sont mentionnés, et cela non pas tant pour l’identification du mémorialiste que pour l’assise de sa caution : ce n’est pas le récit d’un simple témoin de l’histoire, c’est le récit du « maréchal duc de La Force ». Une fois la préface achevée, notre auteur n’utilise plus que la troisième personne lorsqu’il parle de lui. Employer des formes narratives détournées, comme pour se dispenser de parler en son nom, ne constitue pas une exception chez les mémorialistes du temps. En recourant à la forme impersonnelle, ces auteurs cèdent à l’influence d’un stéréotype littéraire, né du rôle capital joué depuis l’Antiquité par les biographes pour pérenniser les exploits des grands hommes. Pour se donner d’emblée la stature d’un personnage historique, rien ne vaut un récit à la troisième personne, qui offre les apparences de l’objectivité, tout en se montrant accueillant l’éloge et à l’admiration.

L’étude de Mémoires invite à une interrogation légitime : sont-ils l’illustration d’une geste familiale, un des instruments de transmission d’un patrimoine, qui se trouve enclos dans le nom ? Il semble évident, à première lecture tout au moins, que les Mémoires s’inscrivent dans un tel dessein, par leur souci généalogique, par leur relation de la manière dont le nom a été porté, par le choix fréquent de la famille comme le destinataire ou dépositaire du récit. Dès le début du texte, le duc de La Force récapitule ses origines, et s’enracine dans une filiation, à la fois célèbre et ancienne. Certes ce développement est assez bref, constitué d’une simple phrase, Caumont s’empressant de passer à son principal sujet, lui-même : « Je commencerai par son extraction, sans m’y étendre beaucoup »[14]. Nous comprenons ces rappels généalogiques comme un instrument de mesure qui sert à expliquer la vertu de celui qui écrit sa vie. Le récit peut ainsi s’entendre comme un compte rendu de ce qu’un individu a ajouté à ce patrimoine, de la fidélité qu’il y a portée, du soin apporté à le rendre illustre. On pourrait alors savoir pourquoi La Force écrit directement à son fils : s’adresser à ses enfants signifie dans ces conditions leur transmettre le fruit d’un savoir (celui des origines, de la famille), mais également celui d’un savoir faire, d’une expérience.

A la vertu ancienne évoquée par le duc de La Force doit ainsi s’ajouter la propre vertu de notre mémorialiste, et qu’il souhaitait certainement inculquer à son héritier. Ainsi lorsque le duc traite du décès de sa femme de laquelle il était éloigné pour répondre à ses obligations militaire, l’homme déplora de ne pas avoir pu être aux côtés de celle qui partagea sa vie si longtemps. Dans ce passage, l’attention qui doit être portée aux membres de la famille constitue l’enseignement transmis par notre mémorialiste. Et ce n’est pas le seul moment où Caumont mit en avant les valeurs familiales comme des notions vertueuses qui devaient être perpétuées. L’amour que le duc de la Force éprouvait pour son entourage est certain, il l’exprima notamment dans les toutes dernières lignes de ses Mémoires, comme pour rappeler que si son récit était basé sur des années de combat, de guerre et de sang versé au nom de ses idéaux, il n’en demeurait pas moins attaché à ses proches, desquels il parla si peu. Il emploie dans cette clôture du texte le terme « exemple », qui est suffisamment explicite : le modèle familial façonné par La Force tout au long de sa vie représente la voie à suivre, et Castelnaut est de cette manière invité à reproduire le schéma de son père[15]. En outre, il est également expliqué dans les Mémoires que nous étudions que Caumont, en 1637, entreprit de régler sa succession, afin d’éviter d’éventuelles querelles. La suite de ce passage met en avant le devoir paternel de veiller à l’avenir de ses enfants. Le duc fit l’éloge de sa prévoyance, exhortant ainsi son fils à faire de même, à considérer lui-aussi le partage de son patrimoine de son vivant.

A aucun moment le duc de La Force ne donne de conseils explicites au marquis de Castelnaut, les évocations sont bien plus subtiles : il s’agit d’exprimer son contentement, son plaisir, mais également son désir d’amitié entre tous ses descendant, en évitant qu’ils ne s’éloignent. Relatant ces faits, ajoutés aux exploits militaires, Caumont fit de ses Mémoires un guide de vie, s’utilisant comme exemple d’une existence vertueuse dans laquelle il fut au service de ses convictions. Jean Hennequin a d’ailleurs écrit à ce propos que les Mémoires « jouent d’abord le rôle de transmission du modèle paternel »[16].

Les mémorialistes du XVIe siècle, dont le duc de La Force fut ici l’ambassadeur, se sont évertués à relater leur carrière pour suppléer aux éventuelles amnésies de l’Histoire. Il s’agissait par les mots, par l’écrit, de se mettre en valeur. En se racontant, ces hommes – et ces femmes – exposaient leurs actes, leur vie, afin d’être jugés et réhabilités dans l’esprit de tous les lecteurs. Naturellement, bien d’autres stratégies sont utilisés par les mémorialistes à ces fins, en fonction de leur vécu, de leur éducation, de leur position dans la société. Les Mémoires du duc de La Force rassemblent trois composantes très présentes dans ces œuvres du XVIe siècle, et que nous avons voulu évoquer : le récit des grandes actions d’une carrière, l’opposition au pouvoir comme vecteur de valorisation, et la souhait à peine dissimulé de se placer en modèle à suivre.


[1] Jacques NOMPAR DE CAUMONT, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de la Force, maréchal de France, et de ses deux fils, les marquis de Montpouillan et de Castelnaut, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde, pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l’histoire de France, publiés par le marquis de La Grange, Paris, Charpentier, 1843, 4 volumes, tome 1, p. 225.

[2] André BERTIERE, Le cardinal de Retz mémorialiste, Paris, Klincksieck, 1977, p. 10.

[3] Hubert CARRIER, « Pourquoi écrit-on des Mémoires au XVIIe siècle ? L’exemple des mémorialistes de la Fronde », in BERTAUD Madeleine, CUCHE François-Xavier (dir.), Le genre des Mémoires, essai de définition, Paris, Klincksieck, 1995, p. 137-151. Comme le rappelle Nadine Kuperty-Tsur, durant tout le Moyen-âge, le sentiment de gloire personnelle est coupable, la seule gloire admise est celle de Dieu ; à la Renaissance, le désir de gloire devient légitime, caractérise la noblesse et s’inscrit au bénéfice de l’individu. Voir Nadine KUPERTY-TSUR, Se dire à la Renaissance. Les Mémoires au XVIe siècle, Paris, Vrin, 1997, p. 137.

[4] Dans un article pionnier sur « Les Mémoires au carrefour des genres en prose », Marc Fumaroli avait proposé une périodisation depuis maintes fois reprise : Mémoires d’épée jusque vers 1650, puis métamorphose progressive en Mémoires mondains et en Mémoires spirituels, dans lesquels on observe une double diffraction vers le romanesque et vers la méditation religieuse. Marc FUMAROLI, « Les Mémoires au carrefour des genres en prose », in La diplomatie de l’esprit. De Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard, 1998, p. 183-215.

[5] Frédéric BRIOT, Usage du monde, usage de soi, Paris, Seuil, 1994, p. 111-186.

[6] Georges GUSDORF, Les écritures du moi. Lignes de vie 1, Paris, Odile Jacob, 1991.

[7] Frédéric CHARBONNEAU, Les silences de l’Histoire : les Mémoires français du XVIIe siècle, Sainte-Foy, Presses de l’université de Laval, 2001, p. 93.

[8] La harangue que Caumont prononça fut transcrite par Jacques-Auguste DE THOU, in Histoire universelle, La Haye, Henri Scheurleer, 1740, tome 9, livre CXXVIII, p. 528-529.

[9] Jacques NOMPAR DE CAUMONT, Mémoires…, op. cit., tome 1, p. 153. Henri IV avait déjà pardonné au maréchal de Biron quelques temps auparavant. Dans ses réponses, l’accusé expliqua qu’il n’avait pas traité avec les ennemis de l’Etat depuis ce pardon, et que ce dont le sieur de La Fin parla était antérieur à cela. Le chancelier demanda alors à Biron s’il avait parlé au roi de son entente avec l’Espagne et la Savoie lors de leur premier entretien, Biron répondit que non, que lui et La Fin avaient juré de ne jamais en parler. Le chancelier mit ainsi en avant que Henri IV n’avait pu pardonner un crime dont il n’avait pas eu connaissance, permettant de cette manière de faire condamner le maréchal.

[10] Hélène GERMA-ROMANN, Du « bel mourir » au « bien mourir », Genève, Droz, 2001, p. 21-22.

[11] Nadine KUPERTY-TSUR, « La stratégie des préfaces dans les Mémoires du XVIe siècle », in Madeleine BERTAUD et François-Xavier CUCHE (dir.), Le genre des Mémoires, essai de définition, Paris, Klincksieck, 1995, p. 13.

[12] Emmanuèle LESNE, « Les Mémoires et leurs destinataires », in Le genre des Mémoires…, op. cit., p. 43.

[13] Nadine KUPERT-TSUR, Se dire à la Renaissance, Paris, J. Vrin, 1996, p. 100.

[14] Jacques NOMPAR DE CAUMONT, Mémoires…, op. cit., tome 1, p. 5.

[15] Ibid., tome 3, p. 231-232.

[16] Jean HENNEQUIN, « La paternité chez quelques mémorialistes », in Noémi HEPP et Jacques HENNEQUIN (dir.), Les valeurs chez les mémorialistes français du XVIIe siècle avant la Fronde, Paris, Klincksieck, 1979, p. 289.

La Saint-Barthélemy des mémorialistes. Témoignages de l’intérieur du Louvre.

st-barth

La Saint-Barthélemy, cette journée dramatique et sanglante, « a infléchi l’histoire de France »[1]. En effet, l’ampleur du massacre et le contexte dans lequel il fut perpétué, l’exécution de tant de protestants malgré le maintien des Edits de pacification, et la poursuite du carnage en dépit des ordres de Charles IX d’y mettre fin ont contribué à marquer profondément les esprits et à susciter un intérêt marqué des historiens pour ces quelques jours de l’été 1572.

Bien des mémorialistes – qui constituent aujourd’hui le cœur de mes recherches – ont évoqué la barbarie de ces journées. Les rues ensanglantées, la Seine rouge, les cadavres s’amoncelant dans les rues de la capitale mais surtout les attaques aveugles, touchant hommes, femmes, enfants, sans distinction aucune. Ces récits sont bien connus, et Les Tragiques d’Agrippa d’Aubigné en sont probablement le texte le plus évocateur.

Pourtant, dans la masse des mémorialistes du XVIe siècle, et tout en gardant à l’esprit que les Mémoires émanent en majorité d’hommes politiques, de chefs militaires et de grands nobles, très peu ont pu raconter le déroulement des événements de l’intérieur du palais du Louvre, où la décision de supprimer les chefs huguenots fut prise. Ils ne sont que deux.

La première est Marguerite de Valois, sœur de Charles IX, épouse de Henri de Navarre et dont le mariage quelques jours auparavant fut l’occasion de réunir les chefs protestants dans la capitale. Le second est Jean de Mergey, au service du comte de La Rochefoucauld, qui avait accompagné ce dernier aux noces royales du 18 août, et qui était logé dans le palais la nuit du massacre. L’une catholique, l’autre protestant, ils rédigèrent leurs Mémoires plusieurs dizaines d’années après les événements et laissent tous deux percevoir une certaine modération dans leurs convictions politiques et religieuses, probablement liée à l’horreur de la tuerie et au temps qui a fait son travail. Ces deux témoins relatent pourtant avec une certaine précision ce dont ils se souviennent de ces journées et nous permettent d’avoir une vision un peu moins trouble de ce qui s’est passé dans le palais à l’heure où Paris fermait ses portent et s’apprêtait à revêtir une tunique rouge sang.

Il ne s’agira pas ici de rouvrir le débat d’historiens pour tenter de déceler les raisons de la folie meurtrière qui s’est abattue sur les protestants, ni d’en chercher une nouvelle fois les responsables[2]. Il sera plutôt question de mettre en lumière les éléments relatés par ces deux mémorialistes, d’évoquer les instants qui ont été marquants au point de s’en souvenir si précisément et de juger utile d’en faire le récit dans un texte qui se veut autobiographique.

Une place particulière

Les Mémoires constituent le récit d’une vie, ils évoquent tous les moments qui ont eu une réelle importance pour l’auteur qu’il n’a pas pu les omettre de son discours. Le dessein du mémorialiste est toujours le même : s’insérer et insérer ses actes dans une perspective historique. Et parce qu’aucune forme rédactionnelle n’est imposée pour l’écriture de tels textes, chacun est libre d’occulter un événement ou d’en développer un autre, au gré de l’importance qu’il souhaite leur donner.

Concernant le massacre de la Saint-Barthélemy, il aurait été surprenant, de la part de ceux qui l’ont vécue depuis l’épicentre, que ce récit n’occupe pas une place essentielle. Bien évidemment, cette nuit les a marqués, et d’une manière très nette qui se lit dans leurs Mémoires.

Evoquons le texte de Jean de Mergey. La place qui est accordée à la narration du massacre est très grande : il couvre un huitième du texte total. En outre, le récit de l’année 1570 est extrêmement court (quelques lignes seulement) et absolument rien n’est évoqué pour 1571. Rien ne semble avoir été suffisamment marquant dans la vie de notre mémorialiste de la paix de Saint-Germain au mariage de Henri de Navarre, prélude de la Saint-Barthélemy. Cette ellipse narrative tend incontestablement à donner davantage de poids au massacre, en soulignant le contraste entre la paix de 1570 – particulièrement favorable aux protestants – et l’horreur de 1572. Insérer, entre ces deux dates, des événements dont l’importance aurait été moindre n’aurait pas contribué à la dimension dramatique du massacre. Le plus grand des mystères de la Saint-Barthélemy n’est-il pas le paradoxe entre la paix qui se conclut dans le faste d’un mariage princier et la barbarie des parisiens déchainés ?  Jean de Mergey l’avait, semble-t-il, bien compris.

Le texte de Marguerite de Valois met également le récit de la Saint-Barthélemy au cœur de ses Mémoires. Chez elle, les détails concernant les prises de décision du pouvoir son plus nombreux, puisqu’elle évoluait dans le cercle très étroit de Charles IX, Catherine de Médicis et Henri de Navarre. Le mariage princier, qui fut le sien, est également richement et longuement décrit :

(…) nos noces se firent peu de jours après avec autant de triomphe et de magnificence que de nulle autre de ma qualité, le roi de Navarre et sa troupe y ayant laissé et changé le deuil en habits très riches et beaux, et toute la Cour parée comme vous savez (…) ; moi habillée à la royale avec la couronne et couette d’hermine mouchetée qui se met au devant du corps, toute brillante de pierreries de la couronne (…)[3].

Le paradoxe avec l’ampleur des massacres est lui aussi présent dans les Mémoires de Marguerite de Valois et probablement plus net que chez Jean de Mergey. Après le récit de ses noces, la mémorialiste parle d’un « heureux état de triomphe et de noces » changé « en un tout contraire, par cette blessure de l’amiral, qui offensa tellement tous ceux de la Religion (…) »[4].

En outre, comme si le récit qu’elle fit ne fut pas assez marqué ou qu’il trop bref, elle reprit sa relation de la Saint-Barthélemy au moment de l’attentat de Coligny pour la développer, entrant dans les détails des faits, évoquant tout ce qu’elle put voir ou savoir.

Le récit des faits

Nous le savons, la Saint Barthélemy fut déclenchée par l’attentat contre l’Amiral de Coligny, perpétré par Maurevert, et que nos deux mémorialistes attestent également comme point de départ. La différence entre les textes repose sur la responsabilité du tir d’arquebuse : Marguerite de Valois évoque une volonté de son frère Henri d’Anjou et de Guise,  alors que Jean de Mergey penche davantage pour un acte commandité par le roi Charles IX qu’il accuse d’avoir fait « grand semblant d’estre fort marry de tel accident »[5]. Les protestants se sentaient trahis par un pouvoir qui semblait vouloir une paix ancrée durablement mais qui fut si rapidement abandonnée.

Jean de Mergey rend très clairement Charles IX responsable de l’ensemble des événements, de l’attentat aux exécutions barbares. Dès l’évocation dans ses Mémoires de la paix de Saint-Germain en 1570, il le montre :

M. l’Admiral, (…), enfin remist sus une belle armée, avec laquelle il s’alla planter devant Chartres, où la paix fut faicte, qui dura comme les autres ; car le Roy ne pouvoit aymer ceux de la religion : et lors l’exécution ensuivie le jour de la Sainct Barthelemy, fut proposée par le moyen du mariage du roy de Navarre avec madame Marguerite (…)[6].

 Mais l’amertume du mémorialiste se ressent essentiellement à l’évocation de La Rochefoucauld. Le roi avait bien tenté de le retenir pour le protéger, mais il n’avait pu lui révéler les raisons de cette insistance, craignant qu’il ne révélât aux chefs huguenots la préparation du massacre. L’utilisation par Mergey du discours direct formel pour évoquer ce moment marque une volonté manifeste de raconter cet événement tel qu’il s’est passé, en toute objectivité, afin de laisser le lecteur seul juge :

(…) je m’approche près de la porte, et entendis que le Roy dist audict sieur comte : « Foucault (car il l’appelloit ainsi), ne t’en vas pas, il est desjà tard, nous balivernerons le reste de la nuit. – Cela ne se peut, luy respondit ledict sieur comte, car il faut dormir et se coucher. – Tu coucheras, lui dit-il, avec mes valets de chambre. – Les pieds leur puent, luy respondit-il ; à Dieu, mon petit maistre ; et sortant s’en alla en la chambre de madame la princesse de Condé la douairière, à laquelle il faisoit l’amour (…)[7].

Si nos deux mémorialistes ne sont pas en accord sur la responsabilité du massacre, ils le sont toutefois sur la tension qui fut perceptible après l’attentat contre Coligny. Les huguenots, présents en masse dans la capitale à l’occasion du mariage de Henri de Navarre, ne tarderaient pas à réclamer vengeance au roi et à la reine mère et la concorde, chèrement acquise, n’était déjà plus. Les craintes laissèrent leur place à la panique : le massacre des principaux chefs protestants fut décidé par le conseil étroit.

Nos deux mémorialistes se sont également attardés sur le sort de Henri de Navarre. Marguerite de Valois  parce qu’il s’agissait de son époux, et Jean de Mergey parce que son maitre, le comte de La Rochefoucauld dont il était le secrétaire, faisait partie des intimes du roi de Navarre. Margey relate ainsi qu’il fut chargé, sur ordre de La Rochefoucauld, d’avertir Navarre que Guise et Nevers ne couchaient pas au Louvre la nuit du 24 août.

Enfin, chacun des deux textes évoque la même fureur sanglante : Marguerite de Valois raconte la manière dont elle fut réveillée par un protestant blessé qui en appelait au secours de Henri de Navarre, elle fait part de son effroi, de ses cris, ainsi que du sang dont était couverte sa chemise[8].

Jean de Mergey aborde le sort de Coligny, « tué en sa chambre, et jetté par la fenestre en la cour où estoit M. de Guise à cheval »[9], ainsi que celui du comte de La Rochefoucauld, dont il n’avait aucune nouvelle mais dont il sut rapidement qu’il faisait partie des victimes.  Il avait en effet payé deux écus un sommelier de la Princesse de Condé pour qu’il se renseigne ; ce dernier avait trouvé le corps du comte « tout nud à la porte de son logis »[10].

Toutes ces évocations, dans des Mémoires qui se veulent avant tout des apologies, ne sont pas anodines. Marguerite de Valois et Jean de Mergey avaient probablement d’autres intentions que de livrer un témoignage.

Le récit de l’honneur

Témoigner, dans ses Mémoires, de la Saint-Barthélemy de l’intérieur du Louvre fut probablement un exercice difficile pour Jean de Mergey et Marguerite de Valois. Ils ont vu l’horreur, les corps mutilés et le sang se répandre. Leur statut et leur religion auraient pu en faire un bourreau et une victime. Comment apparaître grandi dans le récit d’un événement si dur ? Mourir en martyr aurait probablement été plus simple.  Pourtant,  la solution vint à l’esprit de nos mémorialistes : la victime potentielle expliqua qu’elle savait et qu’elle a voulu donner l’alerte, le bourreau potentiel qu’il ne savait rien et fut écarté de la prise décision.

En effet, Mergey ne manifeste pas l’intention de se rabaisser au rang de simple proie qu’il aurait fallu abattre et qui, par la grâce de Dieu, fut sauvée. Il insiste davantage sur  le fait qu’il savait qu’un événement tragique se tramait, qu’il fut informé du danger que courraient les protestants :

Cinq ou six jours avant ladite execution, ma femme, qui estoit à Verteil, m’escripvit par une lettre en chiffre que nul ne pouvoit cognoistre qu’elle et moy, que le ministre de Verteil, nommé Textor, lui avoit donné charge de m’advertir pour advetir M. le comte que pour certain il se brassoit une entreprise à Paris contre ceux de la religion (…).[11]

Assurément, ce passage est réservé au destinataire de son œuvre, ses propres enfants, pour lesquels Mergey rédigea des Mémoires qu’il envisageait comme un manuel  d’instruction. Pourtant il faut également y voir une manière de se défendre de n’avoir été qu’une pauvre victime d’un massacre dont il fut finalement un rescapé. Marquer sa connaissance des événements qui allaient survenir et insister dans son texte sur sa volonté de retrouver son maître sain et sauf sert incontestablement son honneur ; celui-ci aurait pu être sali si l’on n’avait pu voir en lui d’un homme qui se serait terré dans son logis au commencement du massacre.

Le récit de Marguerite de Valois est encore plus explicite. Elle évoque très vite le fait qu’elle ne savait rien de ce qui se tramait, malgré sa proximité avec les instigateurs du massacre : « Pour moi, l’on ne me disait rien de tout ceci. Je voyais tout le monde en action »[12]. Rédigés en 1594, ces Mémoires n’ont pas pour but d’accabler mais plutôt de laver un honneur que l’on pourrait croire sali, tant les soupçons de complicité qui ont pesé sur Marguerite ont été vifs. Ne pouvait-elle pas être considérée comme l’appât qui devait attirer Navarre et les huguenots à la capitale ? Elle insiste donc, et ponctue son texte de remarques qui devaient servir à la blanchir :

Les huguenots me tenaient suspecte parce que j’étais catholique, et les catholiques parce que j’avais épousé le roi de Navarre, qui était huguenot. De sorte que personne ne m’en disait rien (…)[13].

Tout le premier cercle de l’entourage de Charles IX et de Catherine de Médicis savait donc ce qui se préparait dans le plus grand secret, sauf Marguerite. Sa propre sœur a laissé éclater des sanglots au moment du coucher de la nouvelle reine de Navarre sans que celle-ci ne pût ressentir autre chose que de l’effroi. Mais le récit de la réaction de Catherine de Médicis présente Marguerite comme une sacrifiée potentielle, au nom de la Raison d’Etat. Ce passage est long et détaillé dans ses Mémoires. Les événements se déroulèrent de cette manière ? Marguerite ne sut-elle pas ce qui se préparait ? Probablement, surtout si l’on considère les rapports compliqués qu’elle entretenait avec sa mère et ses frères. Mais qu’importe, l’essentiel pour celui qui rédige ses Mémoires est de laver son honneur, de paraître plus grand qu’il ne fut, de se mettre en valeur. Le pari était gagné et Marguerite, celle qui avait été une fervente papiste, celle qui fut mariée et sacrifiée sur l’autel de la paix, marque de cette manière son absence d’implication dans le massacre. L’honneur fut ainsi sauf, surtout dans le contexte politique de la rédaction du texte : Henri de Navarre était depuis devenu Henri IV et Marguerite n’était plus fille mais reine de France. Aussi, la mémorialiste ne manqua pas de rappeler que sa mère avait songé à annuler son mariage lorsque les premiers coups d’épée de la Saint-Barthélemy furent donnés, dans le cas où il n’aurait pas été consommé. Toujours attachée à ses principes, Marguerite rappelle dans son texte qu’elle ne pouvait que rester fidèle à celui qui était depuis le 18 août son époux.

L’honneur apparait de cette manière comme un moteur de l’écriture des mémorialistes, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’un événement politique majeur du temps, comme le fut le massacre de la Saint-Barthélemy.

 _________________

Nos deux mémorialistes ont fait, dans le récit de leur vie, une relation détaillée de la Saint-Barthélemy vue des fenêtres du palais du Louvre. La teneur subjective de leur discours, inhérente au genre même des Mémoires, ne peut en faire des témoignages fiables sur le déroulement des événements. Pourtant, ils semblent fort utiles pour mettre en lumière le véritable dessein du mémorialiste du XVIe : faire son apologie. Pour ne pas être oublié ou pour ne pas être malmenée par les historiens, ces deux témoins des massacres ont choisi de leur donner une place d’importance dans leur œuvre. Tout indique que sous couvert d’évoquer une page marquante de l’Histoire, ils la manipulent, afin de s’octroyer la place qu’ils pensent mériter.


[1] Arlette JOUANNA, La Saint-Barthélemy. Les mystères d’un crime d’Etat, Paris, Gallimard, 2007, p. 25.

[2] Il s’agit ici des différents travaux de J.-L. Bourgeon, Denis Crouzet et Thierry Wanegffelen qui se sont opposés du la responsabilité du massacre. Pour une synthèse de cette question, voir Arlette JOUANNA, La Saint-Barthélemy…, op. cit., p. 13-19. La lecture des Mémoires de Marguerite de Valois aurait tendance à donner raison à Thierry Wanegffelen puisqu’elle accuse explicitement Anjou et Guise d’être à l’origine de l’attentat contre Coligny. Voir Thierry WANEGFFELEN, Catherine de Médicis. Le pouvoir au féminin, Paris, Payot, 2005, p. 357-358.

[3] Marguerite de VALOIS, Mémoires et discours, Edition Eliane Viennot, Saint-Etienne, PUSE, 2004, p. 66-67.

[4] Ibid., p. 67.

[5] Jean de MERGEY, Mémoires, Paris, Petitot, 1838, tome 34,  p. 65.

[6] Ibid, p. 64.

[7] Ibid., p. 66.

[8] Marguerite de VALOIS, Mémoires…, op. cit., p. 75.

[9] Jean de MERGEY, Mémoires, op. cit., p. 70.

[10] Ibid.

[11] Jean de MERGEY, Mémoires, op. cit., p. 65.

[12] Maguerite de VALOIS, Mémoires…, op. cit., p. 72.

[13] Ibid., p. 73.

Comment étudier les Mémoires d’Ancien Régime ?

Mémoires. Ce terme masculin, pluriel, avec une majuscule, caractérise une écriture de soi rétrospective et constitue un témoignage posthume légué à la postérité, un appel à des juges inconnus et désintéressés.

Étudier ces textes est une entreprise captivante. Ils constituent des recueils quasi inépuisables de ressources pour le chercheur qui, en les lisant, se place au cœur même de la vie de ces hommes – et ces femmes – qui jouèrent un si grand rôle dans le royaume de France. Les Mémoires regorgent de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte. Le mémorialiste peut ainsi se dévoiler et user de critique, parfois de manière cinglante, envers le pouvoir, les favoris ou la cour. Tous ces éléments, mêlés à la pleine implication de l’auteur dans le récit par le biais du moi, suscitent la curiosité du lecteur et le plaisir du chercheur.

Pourtant, étudier ces morceaux d’histoire, fourmillant d’idées, de personnages, d’anecdotes, représente un travail minutieux et nécessite une attention particulière

 

Pour lire l’intégralité de l’article, rendez-vous sur http://devhist.hypotheses.org/1852

Proposition de grille de recherche – Mémoires d’Ancien Régime

Cette grille de recherche que je propose a constitué la base de mes premier travaux. Chacun des Mémoires étudié a été soumis à ces interrogations. Cela devrait permettre de constituer un véritable corpus, et d’établir des comparaisons à travers l’ensemble des textes.

Réaliser un tel tableau a constitué un travail long et complexe. En le partageant, j’espère aider les étudiants qui se penchent sur ces oeuvres.

________________________________________________________________

MEMOIRES DE :

Titre complet : …………………………………………………………………………………………………………………………………

Années couvertes + événement(s)

Années de rédaction

Lieu de rédaction

Années de publications

Editeurs + collection + année

Edition choisie + collection + motif 

Manuscrit(s)

Ratures ? Corrections ?

Assemblage des manuscrits ?

Présence de titre original ?

 

Ο Oui    Ο Non

Lequel ……………………………………………………………………………

Lieu de conservation :

-Edition imprimée

-Edition manuscrite

Nombre de pages

Existence de notice ? Rédacteur ?

Ο Oui    Ο Non

Détention du texte ?

Religion de l’auteur

Ο Catholique  Ο Protestant

Conversion(s) ?

Ο Oui   Ο Non

Sexe de l’auteur

Ο Homme  Ο Femme

Nationalité de l’auteur

Participation au pouvoir

Participation aux guerres de Religions

Disgrâce(s) 

Retraite(s) 

Existence de nègres ?

Ο Oui    Ο Non

Raisons invoquées de la rédaction

Raisons réelles de la rédaction

Destinataire officiel

Destinataire réel

Adresse au lecteur ?

Intention de publication ?

Ο Oui   Ο Non   Ο Non dit

Pronom utilisé

Présence d’introduction + pages

Ο Oui   Ο Non

Présence de conclusion + pages

Ο Oui   Ο Non

Volonté d’écrire sans ornement ?

Ο Oui   Ο Non

Présence d’éléments de la vie privée de l’auteur ?

Ο Oui   Ο Non

Point de départ de l’écriture ?

Fin de l’écriture ?

Conditions de la fin de la vie de l’auteur ?

Mise en valeur de soi

 

Ο Centrale dans l’écriture

Ο Dissimulée derrière d’autres éléments

Ο Peu présente

Ο Autre :…………………………………………………………..

Moyens utilisés

 

 

 

 

 

 

 

Auteurs de référence

Articles/ouvrages de référence

 

 

Projet de thèse – La mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion

Suscitant un intérêt marqué de la part des chercheurs depuis la fin des années 1970, les Mémoires ont souvent fait l’objet de monographies ou d’études s’intéressant aux principales caractéristiques du genre. Peu de travaux se sont penchés sur l’un des traits les plus marquants de ces écrits du for privé : la mise en valeur de l’auteur à travers ses mots. En effet,  le désir d’apporter leur contribution personnelle à l’histoire est la motivation la plus fréquemment alléguée par les mémorialistes : André Bertière, dans sa thèse sur le cardinal de Retz, explique que les Mémoires sont d’abord issus « de la rencontre d’un individu avec l’histoire »[1]. Le souci apologétique est particulièrement visible chez tous ceux qui, ayant joué un rôle actif sur la scène publique, cherchent à se disculper des accusations – ou simplement de la réprobation – qui ont suivi leur échec. Comme l’a rappelé Nadine Kuperty-Tsur, durant tout le Moyen-âge, le sentiment de gloire personnelle est coupable, la seule gloire admise est celle de Dieu ; à la Renaissance, le désir de gloire devient légitime, caractérise la noblesse et s’inscrit au bénéfice de l’individu[2].

L’initiative que prirent les nobles d’opposer leurs récits aux décisions catégoriques du pouvoir manifestait un nouveau rapport d’un certain type d’individus à l’histoire : elle revêtit à leurs yeux une signification et une importance qu’elle n’avait pas auparavant. Si leur combat était perdu dans le présent, il leur importait que leur nom, la gloire de leurs actes atteigne la postérité. Se sentant trahis par le pouvoir, les mémorialistes n’avaient plus aucune raison de faire confiance aux récits des historiens plus ou moins commandités par le roi. Le conflit avec l’autorité se doublait, comme le signale Pierre Nora, d’un conflit de classes, car les historiens étaient souvent des roturiers, peu enclins, sans doute, à chanter les louanges de cette vieille noblesse d’épée dont elle ne cesse de ronger les attributions[3]. La nécessité de parer à l’attaque et à la dépossession était vitale car elle mettait en cause toutes les composantes de leur identité : rang, statut, qualités personnelles, renommée acquise. Cette identité était liée à la nouvelle conception de la personne, et s’élaborait à partir d’une redistribution des notions chevaleresques et traditionnelles de l’honneur, de la gloire, de la justice, auxquelles s’ajouta, dès le XVIe siècle, la notion de responsabilité personnelle devant la vie, notion chrétienne où s’inscrivait l’initiative personnelle. Résultant d’une conjoncture politique et culturelle complexe, les Mémoires représentaient une tribune où l’homme, dépouillé des attributs qui le définissaient, pouvait crier à l’injustice et surtout cherchait à prouver par l’écriture qu’en marge des décisions du pouvoir, il n’en poursuivait pas moins son existence. Cette attitude constitua l’étape significative et indispensable qui conduisit à l’individu causa sui de l’ère moderne, et à l’apparition en corollaire de l’autobiographie. La multiplication de ces œuvres au XVIe siècle s’inscrit donc dans une démarche nouvelle et le récit, s’il n’en demeure pas moins une succession d’événements propres à servir la grande Histoire, devient souvent une apologie de soi et une égophanie, comme l’a écrit Yves Coirault de Saint-Simon.

Mes études, en histoire sur les Mémoires du duc de La Force et en lettres modernes sur ceux du duc de La Rochefoucauld, m’ont offert une vision large de ce type d’écriture : il s’est agi de traiter des textes de deux époques différentes (les Guerres de Religions et la Fronde), l’un rédigé par un protestant, l’autre par un catholique, et ce dans deux disciplines distinctes[4]. J’espérais de cette manière acquérir les connaissances suffisantes et prendre le recul nécessaire pour mener à bien un travail plus poussé. En outre, la perspective de pouvoir allier deux approches méthodologiques pour des textes qui intéressent à la fois l’historien et le littéraire me semblait judicieuse, la pluridisciplinarité s’inscrivant désormais au cœur des recherches en sciences humaines.

Il me paraît aujourd’hui pertinent de poursuivre ces études, de les approfondir et d’en élargir le champ. A partir d’un corpus de sources étendu à toute la période, mêlant hommes et femmes, catholiques et protestants, acteurs et spectateurs de l’histoire, la thèse de doctorat que je me propose d’entreprendre devra analyser la mise en valeur de soi dans les Mémoires de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Il s’agira notamment de mettre en lumière tous les moyens, mécanismes et autres subterfuges utilisés par les mémorialistes afin de s’exposer sous leur meilleur jour et de se glorifier eux-mêmes. A travers les récits de leur carrière, de leur place dans la société, de leur opposition au pouvoir, mais également à travers le destinataire, désigné ou non, ces œuvres devraient pouvoir nous éclairer quant à la place que se sont octroyés ces auteurs dans des textes qui détenaient, selon eux, la seule vérité. Ces écrits pourront également être analysés à la lumière d’autres sources, notamment des journaux, des livres de raison ou de la correspondance, mais également à l’aide de Mémoires étrangers, afin de mieux cerner les intentions des mémorialistes.

Naturellement, ces pistes de travail ne sont en rien exhaustives, elles ne constituent que le point de départ d’un profond travail de recherche qui n’en est qu’à ses prémices. Une telle analyse devrait, je l’espère, permettre de mieux connaître encore les mémorialistes du temps et leurs intentions implicites.

 Proposition de Mémoires à étudier dans ce travail

ALBRET Jeanne d’, Mémoires et poésies de Jeanne d’Albret, Paris, Paul Huart et Guillemin, 1893.

ARNAULD D’ANDILLY Robert, Mémoires rédigées par lui-même, Paris, Foucault, 1825, Volume XLVII, p.479-549.

BASSOMPIERRE François de, Mémoires du maréchal de Bassompierre                 contenant l’histoire de sa vie et de ce qui s’est fait de plus remarquable à la cour de France pendant quelques années, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », deuxième série, t. VI, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837, p. II-370.

BEAUVAIS-NANGIS Nicolas de, Mémoires du marquis de Beauvais-Nangis et journal du procès du marquis de La Boulaye, Paris, Renouard, 1862.

CASTELNAU Michel de, Mémoires, Michaud et Poujoulat, collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », première série, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1838, tome IX.

CASTELNAUT Henry Nompar de Caumont, marquis de, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, maréchal de France, et de ses deux fils les marquis de Montpouillan et de Castelnaut, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde, pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l’histoire d France, Publié par le marquis de La Grange, Paris, Charpentier, 1843, Tome IV.

DEAGEANT DE SAINT-MARTIN Guischard, Mémoires particuliers pour servir à l’histoire de France, sous les règnes de Henri III, de Henri IV sous la régence de Marie de Médicis et sous Louis XIII, contenant les mémoires de M. Deageant, Paris, Didot, 1756.

DUPLESSIS-MORNAY Charlotte, Mémoires de Mme de Mornay, Paris, Renouard, 1868-1869.

ESTREES François-Annibal, Maréchal d’, Mémoires touchant les brigues, menées et pratiques qui se passèrent sous la régence de la reine Marie de Médicis, et mémoires sur ce qui s’est passé en France pendant la régence de la reine Anne d’Autriche, Paris, Renouard, 1910.

FONTENAY-MAREUIL François Duval, Marquis de, Mémoires de messire François Duval, marquis de Fontenay-Mareuil, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », deuxième série, t. V, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837, p. 5-292.

GUISE François de Lorraine, duc d’Aumale et de, Mémoires (1547-1563), pub. par Michaud et Poujoulat, Paris, tome 5, 1838.

JEANNIN Pierre, Mémoires et négociations, Michaud et Poujoulat, Collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », Deuxième série, Paris, Guyot, 1851.

LA FORCE Jacques Nompar de Caumont, Duc de, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de la Force, maréchal de France, et de ses deux fils, les marquis de Montpouillan et de Castelnau, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde, pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l’histoire de France, publiés par le marquis de la Grange, t. I, Paris, Charpentier, 1843.

LA GUETTE Madame de, Mémoires, pub. par M. Cuénin, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 1982.

MERGEY Jean de, Mémoires, Michaud et Poujoulat, collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », première série, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1838, tome IX.

MONTPOUILLAN Jean de Caumont, marquis de,  Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, maréchal de France, et de ses deux fils les marquis de Montpouillan et de Castelnaut, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde, pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l’histoire de France, Publié par le marquis de La Grange, Paris, Charpentier, 1843, 4 volumes.

PLESSIS-MORNAY Phillipe du, mémoires et correspondances de Duplessis Mornay pour servir à l’histoire de la Réformation et des guerres civiles et religieuses en France sous les règnes de Charles IX, de Henri III, de Henri IV et de Louis XIII, depuis l’an 1571 jusqu’en 1623, Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1825.

PONTCHARTRAIN Paul Phélipeaux de, Mémoires concernant les affaires de France sous la régence de Maris de Médicis, contenant un détail exact des intrigues de la cour, des désordres et guerres dans le royaume et de tout ce qui s’y est passé de plus remarquable depuis 1610 jusqu’en 1620, Michaud et Poujoulat, Collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », Première série, Paris, Chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837, Tome V, p. 293-484.

PONTIS Louis de, Mémoires du sieur de Pontis, Qui a servi dans les armées cinquante-six ans, sous les rois Henri IV, Louis XIII et Louis XIV ; contenant plusieurs circonstances remarquables des guerres, de la cour, et du gouvernement de ses princes, Paris, Foucault, 1824.

RICHELIEU Armand Jean du Plessis, Cardinal, Duc de, Mémoires du cardinal de Richelieu, depuis 1610 jusqu’à 1638, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », t. VII, Paris, Guyot, 1851.

ROHAN Henri, Duc de, Mémoires du duc de Rohan, sur les choses advenues en France depuis la mort de Henri-le-Grand jusques à la paix faite avec les réformés au mois de juin 1629, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », deuxième série, t. V, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837, p. 485-674.

SULLY Maximilian de Bethune, Duc de, Mémoires des sages et royales oeconomies d’estat, domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand, l’exemplaire des roys, le prince des vertus, des armes et des loix, et le père en effet de ses peuples françois, et des servitudes utiles, obéissances convenables et administrations loyales de Maximilian de Bethune, l’un des plus confidens, familiers et utiles soldats et serviteurs du grand Mars des françois. Dédiez à la France, à tous les bons soldats et tous les peuples françois, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France »deuxième série, t. II, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837.

THOU Jacques-Auguste de, Mémoires de Jacques-Auguste de Thou depuis 1553 jusqu’en 1601, Michaud et Poujoulat, Collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », Deuxième série, Paris, Guyot, 1851.

TILLIERES Tanneguy, Mémoires du comte Leveneur de Tillières, Paris, Didot, 1863.

VALOIS Marguerite de, Mémoires de Marguerite de Valois, Paris, Jannet, 1858.

VILLEROY Nicolas de Neufville de, Mémoires d’Estat, Paris, Foucault, 1824.

 Bibliographie succincte

BARDET Jean-Pierre et RUGGIU François-Joseph (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005.

BEAUJOUR Michel, Miroirs d’encre, Paris, Seuil, 1980.

BERERHI Afifa (dir.), L’autobiographie en situation d’interculturalité, colloque de l’Université d’Alger, Blida, Editions du Tell, 2004.

BERTAUD Madeleine et CUCHE François-Xavier (dir.), Le genre des Mémoires, essai de définition, Paris, Klincksieck, 1995.

BERTAUD Madeleine et LABERTIT André (dir.), De L’Estoile à Saint-Simon, recherche sur la culture des mémorialistes au temps des trois premiers rois Bourbons, Paris, Klincksieck, 1993.

BERTIERE André, Le cardinal de Retz mémorialiste, Paris, Klincksieck, 1977.

BLANCHARD Joël, « L’histoire commynienne. Pragmatique et mémoire dans l’ordre politique », Annales, 1991, volume 46, numéro 5, p. 1071-1105.

BRIOT Frédéric, Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1994.

CHARBONNEAU Frédéric, Les silences de l’Histoire : les Mémoires français du XVIIe siècle, Sainte-Foy, Presses de l’université de Laval, 2001.

______, « Les Mémoires français du XVIIe siècle : Prolégomènes à l’établissement d’un corpus », XVIIe siècle, numéro 191, p. 349-357.

DEMERS Jeanne, « A l’origine d’une forme : les mémoires de Commynes », Cahiers de l’AIEF, 1988, volume 40, numéro 1, p. 7-21.

DORNIER Carole (dir.), « Se raconter, témoigner », Elseneur, numéro 7, septembre 2001.

DUMONT Bertrand, « La parole et la gloire. Essai d’interprétation du rapport entre rhétorique et gloire dans les Mémoires de Robert Arnauld d’Andilly », Histoire, économie et société, 2001, volume 20, numéro 2, p. 177-184.

FOISIL Madeleine, Le sire de Gouberville : un gentilhomme normand au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 2001 [Ed. Aubier-Montaigne, 1981].

 FUMAROLI Marc, « Les Mémoires du XVIIe siècle au carrefour des genres en prose », XVIIe Siècle, numéros 94-95, 1971, p. 7-37.

______, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et res literaria de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980.

______, La diplomatie de l’esprit. De Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard, 1998.

GARAPON Jean, « Amateurisme littéraire et vérité sur soi », RHLF, 2003, numéro 2, p. 275-285.

______, Mémoires d’Etat et culture politique en France (XVIe-XIXe siècles), Nantes, Defaut, 2007.

GUSDORF Georges, Les écritures du moi. Lignes de vie 1, Paris, Odile Jacob, 1991.

HEPP Noémi et HENNEQUIN Jacques (dir.), Les valeurs chez les mémorialistes français du XVIIe siècle avant la Fronde, Paris, Klincksieck, 1979.

JOUHAUD Christian, RIBARD Dinah et SCHAPIRA Nicolas, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallimard, 2009.

KUPERTY-TSUR Nadine, Se dire à la Renaissance : les Mémoires au XVIe siècle, Paris, J. Vrin, 1997.

LESNE Emmanuèle, La poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Honoré Champion, 1996.

LIDA DE MALKIEL Marià Rosa, L’idée de gloire dans la tradition occidentale, Paris, Klincksieck, 1968.

MIRAUX Jean-Philippe, L’autobiographie. Ecriture de soi et sincérité, Paris, Nathan, 1996.

MOREAU Isabelle et HOLTZ Grégoire (dir.), « Parler librement ». La liberté de parole au tournant du XVIe et du XVIIe siècle, Paris, ENS éditions, 2005.

NORA Pierre, « Les Mémoires d’Etat de Commynes à de Gaulle », in Les lieux de mémoire, La nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 355-400.

POLONI-SIMARD Jacques, « Pratiques d’écriture », Annales, 2001, volume 56, numéro 4, p. 781-782.

VENARD Marc, Les « Mémoires » d’un curé de Paris au temps des guerres de religion (1557-1590), Genève, Droz, 2004.


 

[1] André BERTIERE, Le cardinal de Retz mémorialiste, Paris, Klincksieck, 1977, p. 10.

 [2] Nadine KUPERTY-TSUR, Se dire à la Renaissance : les Mémoires au XVIe siècle, Paris, J. Vrin,1997, p. 137.

[3] NORA Pierre, « Les Mémoires d’Etat de Commynes à de Gaulle », in Les lieux de mémoire, La nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 355-400.

 [4] Bruno TOLAINI, Récit de soi et témoignage de son temps, les Mémoires de Jacques Nompar de Caumont, premier duc de La Force, mémoire de Master 2 d’histoire dirigé par Isabelle Luciani, Université de Provence, 2009 et Souvenirs d’un malcontent, les Mémoires du duc de La Rochefoucauld, mémoire de Master 2 de Lettres Modernes dirigé par Pierre Ronzeaud, Université de Provence, 2011.