Projet de thèse – La mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion

Suscitant un intérêt marqué de la part des chercheurs depuis la fin des années 1970, les Mémoires ont souvent fait l’objet de monographies ou d’études s’intéressant aux principales caractéristiques du genre. Peu de travaux se sont penchés sur l’un des traits les plus marquants de ces écrits du for privé : la mise en valeur de l’auteur à travers ses mots. En effet,  le désir d’apporter leur contribution personnelle à l’histoire est la motivation la plus fréquemment alléguée par les mémorialistes : André Bertière, dans sa thèse sur le cardinal de Retz, explique que les Mémoires sont d’abord issus « de la rencontre d’un individu avec l’histoire »[1]. Le souci apologétique est particulièrement visible chez tous ceux qui, ayant joué un rôle actif sur la scène publique, cherchent à se disculper des accusations – ou simplement de la réprobation – qui ont suivi leur échec. Comme l’a rappelé Nadine Kuperty-Tsur, durant tout le Moyen-âge, le sentiment de gloire personnelle est coupable, la seule gloire admise est celle de Dieu ; à la Renaissance, le désir de gloire devient légitime, caractérise la noblesse et s’inscrit au bénéfice de l’individu[2].

L’initiative que prirent les nobles d’opposer leurs récits aux décisions catégoriques du pouvoir manifestait un nouveau rapport d’un certain type d’individus à l’histoire : elle revêtit à leurs yeux une signification et une importance qu’elle n’avait pas auparavant. Si leur combat était perdu dans le présent, il leur importait que leur nom, la gloire de leurs actes atteigne la postérité. Se sentant trahis par le pouvoir, les mémorialistes n’avaient plus aucune raison de faire confiance aux récits des historiens plus ou moins commandités par le roi. Le conflit avec l’autorité se doublait, comme le signale Pierre Nora, d’un conflit de classes, car les historiens étaient souvent des roturiers, peu enclins, sans doute, à chanter les louanges de cette vieille noblesse d’épée dont elle ne cesse de ronger les attributions[3]. La nécessité de parer à l’attaque et à la dépossession était vitale car elle mettait en cause toutes les composantes de leur identité : rang, statut, qualités personnelles, renommée acquise. Cette identité était liée à la nouvelle conception de la personne, et s’élaborait à partir d’une redistribution des notions chevaleresques et traditionnelles de l’honneur, de la gloire, de la justice, auxquelles s’ajouta, dès le XVIe siècle, la notion de responsabilité personnelle devant la vie, notion chrétienne où s’inscrivait l’initiative personnelle. Résultant d’une conjoncture politique et culturelle complexe, les Mémoires représentaient une tribune où l’homme, dépouillé des attributs qui le définissaient, pouvait crier à l’injustice et surtout cherchait à prouver par l’écriture qu’en marge des décisions du pouvoir, il n’en poursuivait pas moins son existence. Cette attitude constitua l’étape significative et indispensable qui conduisit à l’individu causa sui de l’ère moderne, et à l’apparition en corollaire de l’autobiographie. La multiplication de ces œuvres au XVIe siècle s’inscrit donc dans une démarche nouvelle et le récit, s’il n’en demeure pas moins une succession d’événements propres à servir la grande Histoire, devient souvent une apologie de soi et une égophanie, comme l’a écrit Yves Coirault de Saint-Simon.

Mes études, en histoire sur les Mémoires du duc de La Force et en lettres modernes sur ceux du duc de La Rochefoucauld, m’ont offert une vision large de ce type d’écriture : il s’est agi de traiter des textes de deux époques différentes (les Guerres de Religions et la Fronde), l’un rédigé par un protestant, l’autre par un catholique, et ce dans deux disciplines distinctes[4]. J’espérais de cette manière acquérir les connaissances suffisantes et prendre le recul nécessaire pour mener à bien un travail plus poussé. En outre, la perspective de pouvoir allier deux approches méthodologiques pour des textes qui intéressent à la fois l’historien et le littéraire me semblait judicieuse, la pluridisciplinarité s’inscrivant désormais au cœur des recherches en sciences humaines.

Il me paraît aujourd’hui pertinent de poursuivre ces études, de les approfondir et d’en élargir le champ. A partir d’un corpus de sources étendu à toute la période, mêlant hommes et femmes, catholiques et protestants, acteurs et spectateurs de l’histoire, la thèse de doctorat que je me propose d’entreprendre devra analyser la mise en valeur de soi dans les Mémoires de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Il s’agira notamment de mettre en lumière tous les moyens, mécanismes et autres subterfuges utilisés par les mémorialistes afin de s’exposer sous leur meilleur jour et de se glorifier eux-mêmes. A travers les récits de leur carrière, de leur place dans la société, de leur opposition au pouvoir, mais également à travers le destinataire, désigné ou non, ces œuvres devraient pouvoir nous éclairer quant à la place que se sont octroyés ces auteurs dans des textes qui détenaient, selon eux, la seule vérité. Ces écrits pourront également être analysés à la lumière d’autres sources, notamment des journaux, des livres de raison ou de la correspondance, mais également à l’aide de Mémoires étrangers, afin de mieux cerner les intentions des mémorialistes.

Naturellement, ces pistes de travail ne sont en rien exhaustives, elles ne constituent que le point de départ d’un profond travail de recherche qui n’en est qu’à ses prémices. Une telle analyse devrait, je l’espère, permettre de mieux connaître encore les mémorialistes du temps et leurs intentions implicites.

 Proposition de Mémoires à étudier dans ce travail

ALBRET Jeanne d’, Mémoires et poésies de Jeanne d’Albret, Paris, Paul Huart et Guillemin, 1893.

ARNAULD D’ANDILLY Robert, Mémoires rédigées par lui-même, Paris, Foucault, 1825, Volume XLVII, p.479-549.

BASSOMPIERRE François de, Mémoires du maréchal de Bassompierre                 contenant l’histoire de sa vie et de ce qui s’est fait de plus remarquable à la cour de France pendant quelques années, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », deuxième série, t. VI, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837, p. II-370.

BEAUVAIS-NANGIS Nicolas de, Mémoires du marquis de Beauvais-Nangis et journal du procès du marquis de La Boulaye, Paris, Renouard, 1862.

CASTELNAU Michel de, Mémoires, Michaud et Poujoulat, collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », première série, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1838, tome IX.

CASTELNAUT Henry Nompar de Caumont, marquis de, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, maréchal de France, et de ses deux fils les marquis de Montpouillan et de Castelnaut, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde, pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l’histoire d France, Publié par le marquis de La Grange, Paris, Charpentier, 1843, Tome IV.

DEAGEANT DE SAINT-MARTIN Guischard, Mémoires particuliers pour servir à l’histoire de France, sous les règnes de Henri III, de Henri IV sous la régence de Marie de Médicis et sous Louis XIII, contenant les mémoires de M. Deageant, Paris, Didot, 1756.

DUPLESSIS-MORNAY Charlotte, Mémoires de Mme de Mornay, Paris, Renouard, 1868-1869.

ESTREES François-Annibal, Maréchal d’, Mémoires touchant les brigues, menées et pratiques qui se passèrent sous la régence de la reine Marie de Médicis, et mémoires sur ce qui s’est passé en France pendant la régence de la reine Anne d’Autriche, Paris, Renouard, 1910.

FONTENAY-MAREUIL François Duval, Marquis de, Mémoires de messire François Duval, marquis de Fontenay-Mareuil, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », deuxième série, t. V, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837, p. 5-292.

GUISE François de Lorraine, duc d’Aumale et de, Mémoires (1547-1563), pub. par Michaud et Poujoulat, Paris, tome 5, 1838.

JEANNIN Pierre, Mémoires et négociations, Michaud et Poujoulat, Collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », Deuxième série, Paris, Guyot, 1851.

LA FORCE Jacques Nompar de Caumont, Duc de, Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de la Force, maréchal de France, et de ses deux fils, les marquis de Montpouillan et de Castelnau, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde, pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l’histoire de France, publiés par le marquis de la Grange, t. I, Paris, Charpentier, 1843.

LA GUETTE Madame de, Mémoires, pub. par M. Cuénin, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 1982.

MERGEY Jean de, Mémoires, Michaud et Poujoulat, collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », première série, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1838, tome IX.

MONTPOUILLAN Jean de Caumont, marquis de,  Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de La Force, maréchal de France, et de ses deux fils les marquis de Montpouillan et de Castelnaut, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde, pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l’histoire de France, Publié par le marquis de La Grange, Paris, Charpentier, 1843, 4 volumes.

PLESSIS-MORNAY Phillipe du, mémoires et correspondances de Duplessis Mornay pour servir à l’histoire de la Réformation et des guerres civiles et religieuses en France sous les règnes de Charles IX, de Henri III, de Henri IV et de Louis XIII, depuis l’an 1571 jusqu’en 1623, Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1825.

PONTCHARTRAIN Paul Phélipeaux de, Mémoires concernant les affaires de France sous la régence de Maris de Médicis, contenant un détail exact des intrigues de la cour, des désordres et guerres dans le royaume et de tout ce qui s’y est passé de plus remarquable depuis 1610 jusqu’en 1620, Michaud et Poujoulat, Collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », Première série, Paris, Chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837, Tome V, p. 293-484.

PONTIS Louis de, Mémoires du sieur de Pontis, Qui a servi dans les armées cinquante-six ans, sous les rois Henri IV, Louis XIII et Louis XIV ; contenant plusieurs circonstances remarquables des guerres, de la cour, et du gouvernement de ses princes, Paris, Foucault, 1824.

RICHELIEU Armand Jean du Plessis, Cardinal, Duc de, Mémoires du cardinal de Richelieu, depuis 1610 jusqu’à 1638, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », t. VII, Paris, Guyot, 1851.

ROHAN Henri, Duc de, Mémoires du duc de Rohan, sur les choses advenues en France depuis la mort de Henri-le-Grand jusques à la paix faite avec les réformés au mois de juin 1629, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », deuxième série, t. V, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837, p. 485-674.

SULLY Maximilian de Bethune, Duc de, Mémoires des sages et royales oeconomies d’estat, domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand, l’exemplaire des roys, le prince des vertus, des armes et des loix, et le père en effet de ses peuples françois, et des servitudes utiles, obéissances convenables et administrations loyales de Maximilian de Bethune, l’un des plus confidens, familiers et utiles soldats et serviteurs du grand Mars des françois. Dédiez à la France, à tous les bons soldats et tous les peuples françois, publiés par MM. Michaud et Poujoulat, coll. « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France »deuxième série, t. II, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du code civil, 1837.

THOU Jacques-Auguste de, Mémoires de Jacques-Auguste de Thou depuis 1553 jusqu’en 1601, Michaud et Poujoulat, Collection « Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France », Deuxième série, Paris, Guyot, 1851.

TILLIERES Tanneguy, Mémoires du comte Leveneur de Tillières, Paris, Didot, 1863.

VALOIS Marguerite de, Mémoires de Marguerite de Valois, Paris, Jannet, 1858.

VILLEROY Nicolas de Neufville de, Mémoires d’Estat, Paris, Foucault, 1824.

 Bibliographie succincte

BARDET Jean-Pierre et RUGGIU François-Joseph (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005.

BEAUJOUR Michel, Miroirs d’encre, Paris, Seuil, 1980.

BERERHI Afifa (dir.), L’autobiographie en situation d’interculturalité, colloque de l’Université d’Alger, Blida, Editions du Tell, 2004.

BERTAUD Madeleine et CUCHE François-Xavier (dir.), Le genre des Mémoires, essai de définition, Paris, Klincksieck, 1995.

BERTAUD Madeleine et LABERTIT André (dir.), De L’Estoile à Saint-Simon, recherche sur la culture des mémorialistes au temps des trois premiers rois Bourbons, Paris, Klincksieck, 1993.

BERTIERE André, Le cardinal de Retz mémorialiste, Paris, Klincksieck, 1977.

BLANCHARD Joël, « L’histoire commynienne. Pragmatique et mémoire dans l’ordre politique », Annales, 1991, volume 46, numéro 5, p. 1071-1105.

BRIOT Frédéric, Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1994.

CHARBONNEAU Frédéric, Les silences de l’Histoire : les Mémoires français du XVIIe siècle, Sainte-Foy, Presses de l’université de Laval, 2001.

______, « Les Mémoires français du XVIIe siècle : Prolégomènes à l’établissement d’un corpus », XVIIe siècle, numéro 191, p. 349-357.

DEMERS Jeanne, « A l’origine d’une forme : les mémoires de Commynes », Cahiers de l’AIEF, 1988, volume 40, numéro 1, p. 7-21.

DORNIER Carole (dir.), « Se raconter, témoigner », Elseneur, numéro 7, septembre 2001.

DUMONT Bertrand, « La parole et la gloire. Essai d’interprétation du rapport entre rhétorique et gloire dans les Mémoires de Robert Arnauld d’Andilly », Histoire, économie et société, 2001, volume 20, numéro 2, p. 177-184.

FOISIL Madeleine, Le sire de Gouberville : un gentilhomme normand au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 2001 [Ed. Aubier-Montaigne, 1981].

 FUMAROLI Marc, « Les Mémoires du XVIIe siècle au carrefour des genres en prose », XVIIe Siècle, numéros 94-95, 1971, p. 7-37.

______, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et res literaria de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980.

______, La diplomatie de l’esprit. De Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard, 1998.

GARAPON Jean, « Amateurisme littéraire et vérité sur soi », RHLF, 2003, numéro 2, p. 275-285.

______, Mémoires d’Etat et culture politique en France (XVIe-XIXe siècles), Nantes, Defaut, 2007.

GUSDORF Georges, Les écritures du moi. Lignes de vie 1, Paris, Odile Jacob, 1991.

HEPP Noémi et HENNEQUIN Jacques (dir.), Les valeurs chez les mémorialistes français du XVIIe siècle avant la Fronde, Paris, Klincksieck, 1979.

JOUHAUD Christian, RIBARD Dinah et SCHAPIRA Nicolas, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallimard, 2009.

KUPERTY-TSUR Nadine, Se dire à la Renaissance : les Mémoires au XVIe siècle, Paris, J. Vrin, 1997.

LESNE Emmanuèle, La poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Honoré Champion, 1996.

LIDA DE MALKIEL Marià Rosa, L’idée de gloire dans la tradition occidentale, Paris, Klincksieck, 1968.

MIRAUX Jean-Philippe, L’autobiographie. Ecriture de soi et sincérité, Paris, Nathan, 1996.

MOREAU Isabelle et HOLTZ Grégoire (dir.), « Parler librement ». La liberté de parole au tournant du XVIe et du XVIIe siècle, Paris, ENS éditions, 2005.

NORA Pierre, « Les Mémoires d’Etat de Commynes à de Gaulle », in Les lieux de mémoire, La nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 355-400.

POLONI-SIMARD Jacques, « Pratiques d’écriture », Annales, 2001, volume 56, numéro 4, p. 781-782.

VENARD Marc, Les « Mémoires » d’un curé de Paris au temps des guerres de religion (1557-1590), Genève, Droz, 2004.


 

[1] André BERTIERE, Le cardinal de Retz mémorialiste, Paris, Klincksieck, 1977, p. 10.

 [2] Nadine KUPERTY-TSUR, Se dire à la Renaissance : les Mémoires au XVIe siècle, Paris, J. Vrin,1997, p. 137.

[3] NORA Pierre, « Les Mémoires d’Etat de Commynes à de Gaulle », in Les lieux de mémoire, La nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 355-400.

 [4] Bruno TOLAINI, Récit de soi et témoignage de son temps, les Mémoires de Jacques Nompar de Caumont, premier duc de La Force, mémoire de Master 2 d’histoire dirigé par Isabelle Luciani, Université de Provence, 2009 et Souvenirs d’un malcontent, les Mémoires du duc de La Rochefoucauld, mémoire de Master 2 de Lettres Modernes dirigé par Pierre Ronzeaud, Université de Provence, 2011.


Publié par

Bruno Tolaïni

Doctorant à l'EHESS sous la direction de Jean Boutier, je travaille sur la mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion. Passionné par ces travaux, je partage mon temps entre mon métier d'enseignant dans le secondaire et mes recherches.

Une réflexion au sujet de « Projet de thèse – La mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *