Mémoires et mémorialistes des Guerres de Religion

Ces notices ont pour vocation d’établir un corpus aussi complet que possible des Mémoires et des mémorialistes qui ont fait le récit, dans leur œuvre, des événements qui ravagèrent le royaume de France du début des années 1560 à la signature de l’Edit de Nantes. Il s’agit d’une période où émergent à peine les Mémoires et où la notion de personne est en pleine évolution (1). Les sources que nous avons utilisées pour réaliser ce travail sont nombreuses, et la collecte d’information s’est avérée fort longue.

Dans un premier temps il s’est agi de consulter les répertoires bibliographiques dont les deux plus riches sont sans doute Les Sources de l’Histoire de France au XVIe siècle de Henri Hauser et Les Sources de l’Histoire de France de Louis André et Emile Bourgeois (2). Ils constituent un instrument de travail commode pour les historiens qui souhaitent faire un premier état des lieux d’une question. Une fois cette tâche préalable accomplie, il a fallu recouper les informations obtenues avec celles des grandes collections d’édition de Mémoires du XIXe siècle ; pensons à la série de Petitot et Monmerqué (1819-1829) ou celle de Michaud et Poujoulat (1836-1839). Les catalogues des bibliothèques, notamment celui de la BNF, se sont également avérés très utiles dans la recherche de ces Mémoires. En outre, les bibliographies des récentes études sur le sujet nous ont permis d’établir une liste cohérente des oeuvres disponibles, notamment l’ouvrage de référence de Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance (3). Enfin, pour les informations concernant l’auteur, outre les Mémoires en eux- mêmes et les notices qu’ils contiennent souvent, certains ouvrages notamment la Biographie Universelle de Michaud nous ont apporté un éclaircissement certain.

Il serait aisé de nous reprocher notre manque d’exhaustivité. Assurément, en consultant tous les ouvrages cités ci-dessus, bien d’autres Mémoires que ceux que nous présentons dans ce travail sont recensés pour la quarantaine d’années qui nous occupe. Ce serait toutefois sans compter sur l’ambiguité du mot même de Mémoires et la difficulté à les considérer en terme de genre littéraire. Comme le souligne Emmanuèle Lesne, « l’enjeu de cette question est de taille ; y répondre revient à statuer sur leur appartenance à la littérature » (4). Ce thème est au coeur des interrogations des chercheurs, et nous pouvons rappeler ici l’excellente formule de Marc Fumaroli, qui les situe « au carrefour des genres en prose » (5). Pourtant, les plus éminents spécialistes de ce point accordent au genre « hybride » (6) des Mémoires une existence propre, bien qu’il semble particulièrement difficile à définir, comme en témoignent les actes du colloque entièrement consacré à ce sujet, intitulé Le genre des Mémoires, essai de définition, du mois de mai 1994, et dans lequel, faute de pouvoir trancher, ont été mis en avant les éléments qui permettent de rapprocher ces oeuvres (7). Aussi, il nous a fallu nous interroger sur le sens que nous allions donner au mot Mémoires en fonction de nos travaux. La définition du fameux dictionnaire de Furetière nous a servi de base :

MEMOIRES, au pluriel, se dit des livres d’Historiens escrits par ceux qui ont eu part aux affaires ou qui en ont esté tesmoins oculaires, ou qui contiennent leur vie ou leurs principales actions : ce qui répond à ce que les Latins appeloient commentaires (8).

Notre formation d’historien nous pousse à aller plus loin que cet exposé, en précisant l’aspect rétrospectif des ces écrits, qui se différencient ainsi de la plupart des journaux et des chroniques d’Ancien Régime (9).

L’aspect rétrospectif des Mémoires est d’autant plus important pour nos travaux que nous étudions la manière dont le mémorialiste se met en valeur dans son texte, le plus fréquemment au cours d’une période propice au retour sur soi (10). Or au XIXe siècle, période de vaste (ré)édition de ces oeuvres, certaines d’entre elles qui n’en étaient pas ont été classées sous ce vocable par erreur, pour plus de simplicité ou, et c’est le cas le plus fréquent, parce qu’ils correspondaient à la « mémoire » de leur auteur, au récit de sa vie (11). C’est de cette manière que certains chercheurs, pour lesquels l’aspect rétrospectif de l’écriture ne semble pas essentiel, n’ont pas fait cette distinction, qui nous semble pourtant indispensable.

Dans l’ensemble des textes que nous avons trouvés, il nous a donc fallu faire un tri nécessaire et ne retenir que les oeuvres qui correspondaient à la définition que nous venons d’évoquer. En outre, nous avons volontairement écarté certains textes qui n’évoquaient la période qui nous importe que de manière extrêmement succincte pour envisager la seconde partie du règne de Henri IV voire celui de Louis XIII. L’exemple le plus frappant est probablement l’oeuvre de Benjamin Aubéry du Maurier dont les Mémoires concernent quasi- exclusivement le premier tiers du XVIIe siècle. Aucune aire géographique particulière n’a été privilégiée : nous avons taché de rassembler tous les écrits qui concernaient les troubles religieux du royaume de France au XVIe siècle. Néanmoins, les seuls Mémoires que nous avons pu trouver qui ne soient pas français sont ceux de Jeanne d’Albret, reine de Navarre.

A partir de ces éléments, nous avons pu recenser quarante-quatre Mémoires pour la période qui nous importe. 63% sont issus d’auteurs catholiques, 37% de protestants. L’écrasante majorité d’hommes est particulièrement significative : elle atteste le fait que l’écriture de Mémoires est profondément liée à l’exercice du pouvoir, domaine masculin par excellence12. Les éléments que nous présentons dans ces notices ne concernent que ce qui peut favoriser notre analyse. Certaines d’entre elles sont succinctes, d’autres plus étoffées, les informations ne nous étant pas toutes parvenues de la même manière.

[ANONYME]

Jean-Louis Rigal a édité, en 1911, les Mémoires d’un calviniste de Millau dont l’auteur demeure aujourd’hui encore inconnu. En effet, le manuscrit de ce texte est incomplet et ce qui nous est parvenu ne permet pas d’en établir une filiation. L’homme qui écrivit ce texte n’était pas noble, il se montre bienveillant à l’égard du menu peuple qui pratique la religion reformée. Toutefois, et malgré les approximations de sa langue, le mémorialiste se présente comme une personne instruite, connaissant le latin, ce qui semble déjà beaucoup pour un Millavois du XVIe siècle.

Ces Mémoires sont particulièrement violents envers les catholiques : le pape y est qualifié d’ « antéchrist », le roi de « traitre », la reine Catherine de « meurtrière ». Ils constituent une source essentielle pour l’histoire des Guerres de religion dans la ville de Millau mais n’évoquent quasiment pas leur auteur.

ALBRET, Jeanne d’, 1528-1572

Reine de Navarre, convertie puis fervente protestante, elle mit les armes dans les mains de son fils, Henri. Jeanne n’a pas subi de disgrâce mais elle fait état de nombreuses menaces de répudiation de la part de son époux, Henri de Bourbon. Décédée quelques semaines avant le massacre de la Saint-Barthélemy, elle n’a pu assister au mariage de son fils avec Marguerite de Valois, qui aurait dû sceller la paix entre catholiques et protestants.

Le récit couvre les années 1560 à 1568 et a pour destinataire Charles IX et Catherine de Médicis ; Jeanne d’Albret cherchait à dénoncer les actes des Guise et faire son apologie (13). Publiés en 1570 in Histoire de nostre temps contenant un Recueil des choses mémorables passées et publiées pour le faict de la religion et estat de la France despuis l’édit de pacification du 23e jour de mars 1568 jusques au jour présent, ces Mémoires ont été évoqués dans les écrits de bien des contemporains de la reine. Ils ont été réédités au XIXe siècle sous le titre Mémoires et poésies de Jeanne d’Albret, Paris, Ruble, 1893, puis en 1970. Femme instruite, Jeanne d’Albret a également rédigé des sonnets et fut à l’origine d’une abondante correspondance.

ANGOULEME, Charles de Valois, duc d’, 1573-1650

Fils naturel de Charles IX et de Marie Touchet, il a vu mourir Henri III qui était son protecteur, et participa aux combats notamment le siège de Dieppe et la bataille d’Arques. Il était également lié à Henri IV, qui fut l’amant de sa demi-soeur, Catherine d’Entragues.

Ses Mémoires très particuliers du duc d’Angoulême pour servir à l’histoire des règnes de Henri III et Henri IV, ont été édités par Jacques Bineau en 1667. Ecrits en 1647, ils vont du 1er août 1589 au 3 novembre 1590. Il s’agit du récit très court d’un catholique gravitant dans le premier cercle de la famille royale. La rédaction de ces Mémoires fut réalisée à la fin de sa vie, après sa conspiration avec l’Espagne et onze années passées à la Bastille.

ANTRAS, Jean, sire de Cornac, seigneur de Samazan d’, 1548-entre 1623 et 1627

Après avoir étudié dans la ville d’Auch, le jeune gentilhomme partit à Toulouse puis à Narbonne dans le but de défendre les intérêts des catholiques. Il prit part aux batailles de Jarnac et Moncontour aux côtés des troupes royales et fut l’un des fidèles de Monluc.

Ses Mémoires inédits de Jean d’Antras sur les guerres de religion, publiés par Clausade, sont incomplets. La première édition valable est celle de Carsalade du Pont et Tamizey de Larroque de 1880. Ecrite après 1611, l’œuvre est caractérisée par son désordre chronologique.

AUBIGNE, Théodore-Agrippa d’, 1551-1630

Dès 1562, il fut un témoin des guerres civiles, et commença à y prendre une part active en 1568 en tant que capitaine protestant. Il fut au service du roi de Navarre à partir de 1574 : dès lors, l’histoire de leurs rapports sera celle de leurs brouilles et de leurs raccommodements. Calviniste intransigeant, il était également un homme de plume prolifique, et a notamment rédigé une Histoire Universelle, Les Tragiques, et ses Mémoires, publiés pour la première fois en 1729 bien que la première édition correcte ne date que de 1854.

C’est après avoir écrit son Histoire Universelle (à laquelle il renvoie d’ailleurs souvent) qu’il a voulu écrire pour les siens ; ses Mémoires s’intitulent Vie à ses enfants et forment ainsi une sorte de commentaire autobiographique. Ils couvrent toute la longue vie de leur auteur.

BEAUVAIS-NANGIS, Nicolas de Brichanteau, marquis de, 1582-1640

Dans un prologue de ses Mémoires adressé à son fils, Beauvais-Nangis expose qu’il va lui expliquer comment malgré ses grands services, il n’a pas réussi à la cour ; il veut donc qu’il se conduise plus prudemment que lui. L’homme s’y plaint des favoris. Catholique, il raconte, dans sa première partie, l’histoire de son père Antoine né en 1552, combattant de Moncontour, compagnon du voyage en Pologne, serviteur de Henri IV et mort en 1617. Le mémorialiste est surtout abondant après 1573. Il a lu, et corrige, de Thou et Dupleix.

Ses Mémoires ont été composés longtemps après les événements qu’ils racontent, en 1639 et dans les années suivantes. Il a voulu rédiger une sorte de manuel pour le gentilhomme pauvre qui a l’intention de faire fortune à la cour et dévoile l’état d’esprit dominant dans la petite noblesse de cette époque. L’ouvrage est intitulé Mémoires de M. de Beauvais-Nangis ou l’histoire des favoris français depuis Henri II jusques à Louis XIII, avec des remarques curieuses sur l’histoire de Davila et sur celles des Flandres du cardinal Bentivoglio, Paris, 1665. L’édition de 1862, la première qui soit fiable, a été recopiée et annotée par Monmerqué d’après le manuscrit autographe.

BOUILLON, Henry de la Tour d’Auvergne, duc de, 1555-1623

Né en Auvergne, fils de François de Turenne et d’une Montmorency, il épousa Charlotte de la Marck, puis Elisabeth de Nassau. Lié au duc d’Alençon, il se convertit au calvinisme en 1576 (sans l’évoquer dans ses Mémoires), et passa au service de Henri de Navarre. Après l’avènement du Béarnais, il tenta de lui enlever la direction du parti protestant. Il est d’ailleurs accusé de nombreuses rebellions et des fuites du royaume, et fut fait prisonnier en 1582-1583.

Ses Mémoires, connus sous le nom de Mémoires de Turenne, commencent en 1565 et s’arrêtent en 1586 ; ils sont adressés à son fils, prince de Sedan. Il les a écrits en 1609, de mémoire, sans s’astreindre à une précision chronologique. Ils sont riches surtout pour les événements de 1574-1580 et sur le parti des Politiques. Bouillon évoque notamment le siège de La Rochelle et diverses campagnes dans le Sud-Ouest et se présente assurément comme un exemple à suivre.

BRANTOME, Pierre de Bourdeille, seigneur de, 1540-1614

Après avoir pris possession de l’abbaye de Brantôme octroyée par Henri II, Bourdeille se lia aux catholiques les plus fervents du temps : le clan des Guise. Il participa aux combats notamment en 1562 lors de la bataille de Dreux puis mit fin à sa carrière militaire en 1574 et passa son temps à suivre la cour au gré de ses déplacements. En 1582, les liens qui l’unissaient à Henri III se rompirent et en 1584 il se retira définitivement sur ses terres desquelles il dicta ses Mémoires.

Auteur de nombreux ouvrages sur la vie à la cour, Brantôme la décrit, en dévoile les intrigues d’une manière caustique. Ses Mémoires, rédigés pour son neveu, fourmillent d’anecdotes et de particularités de son temps. Les évocations familiales y sont très nombreuses et les détails sur les habitudes abondent.

CARORGUY, Jacques, entre 1555 et 1560- ?

Politique, anti-lorrain et anti-espagnol, Carorguy ne commença véritablement son récit qu’en 1588. Il raconta ses malheurs personnels en y mêlant le récit des événements qui les expliquent. Il peignit les ruines et les misères accumulées par la guerre civile, notamment dans la ville où il exerçait le métier de greffier : Bar-sur-Seine.

Ses Mémoires, qui couvrent la période de 1582 à 1595, ont été publiés en 1877 par Bruwaert. Ils évoquent la Champagne, la Brie, la Bourgogne.

CASTELNAU, Michel de, 1520-1592

Gentilhomme tourangeau, seigneur de la Mauvissière, il voyagea en Italie, Espagne, Malte, combattit en Piémont. Après avoir pris part aux négociations de 1559, il fut envoyé en Ecosse, en Angleterre et en Allemagne. Ses nombreuses missions diplomatiques ont été interrompues par des séjours en France, où il prit part à la bataille de Dreux, aux sièges d’Orléans et du Havre, à Jarnac, à Moncontour. Fidèle à Henri III, il se rallia rapidement à Henri IV à la mort tragique du dernier Valois.

Ses Mémoires ont été publiés par son fils Jacques, à Paris en 1621. Il les a écrits en Angleterre, probablement après 1581, pour l’instruction de son fils. Il avait certainement l’intention de les pousser au-delà de 1570 (il annonce, en 1563, un récit de la Saint- Barthélemy) mais, après son retour en France, les guerres civiles l’en empêchèrent. Cinq séjours en Angleterre font de ces Mémoires une source essentielle pour l’histoire des relations franco-anglaises. Il admirait Elizabeth mais demeura fidèle à sa foi catholique.

CHEVERNY, Philippe Hurault, comte de, 1528-1599

Septième et dernier enfant d’une famille bretonne, il étudia à Poitiers puis à Padoue et voyagea en Allemagne en 1552. Protégé du cardinal de Lorraine et de Catherine de Médicis, il entra au Parlement. Lié au duc d’Anjou, il le suivit à Jarnac, Moncontour ainsi qu’à La Rochelle. En outre, il servit ses intérêts durant son absence et devint son principal conseiller au retour de Pologne : il devient garde des sceaux en 1578 puis chancelier en 1581. Disgracié lors des Etats de Blois après la journée des Barricades, mais rappelé en 1590 par Henri IV, il aida le nouveau roi lors des négociations avec les ligueurs. Catholique, Cheverny semble avoir cherché le plus souvent la conciliation entre la Ligue et les protestants.

La publication de ces Mémoires a été préparée par son fils Philippe, abbé de Pontlevoy. Ils sont parus en 1636, à Paris. Cheverny avait commencé à écrire en 1586, et le fit jusqu’à la veille de sa mort. Il n’évoque les affaires publiques qu’à partir de 1565 et affirme dans son texte vouloir son oeuvre demeurer secrète. La Saint-Barthélemy n’est que très peu abordée ; les détails les plus importants concernent la dernière maladie de Charles IX et la Journée des Barricades de 1588. L’auteur porte également un jugement d’ensemble sur Henri III, donne un récit de la conversion et évoque Chastel, dont il a dirigé l’interrogatoire. Le texte s’arrête en 1599, quelques jours avant sa mort ; son fils les a continués jusqu’en 1601.

CHOISNIN de CHASTELLERAUT, Jean, 1530- ?

Choisnin était le secrétaire de Jean de Montluc, évêque de Valence. Il a accompagné le prélat en Pologne lors des négociations pour l’obtention de la couronne du pays, obtenue pour Henri d’Anjou le 9 mais 1573. Il s’agit là du seul sujet évoqué dans ses Mémoires. Les allusions personnelles sont quasiment absentes.

Catholique, il rédigea ce récit pour Catherine de Médicis et souhaitait qu’il soit vu par le plus grand nombre. Son but était d’éviter la calomnie à Henri III duquel il n’a pas reçu la reconnaissance escomptée. Ses Mémoires, adressés à la reine-mère, s’intitulent Mémoires de Jean Choisnin ou discours au vray de tout ce qui s’est faict et passé pour l’entière négociation de l’élection du roy de Polongne, divisé en trois livres, furent imprimés par Cheneau en 1573 mais ne parurent qu’en 1574.

CLERMONT, Archange de, ?-?

Mémoires du Père Archange de Clermont, de l’ordre des frères mineurs Récollets, pour servir à l’histoire des huguenots à Romans 1548-1570, publiés en 1887 par Jules Chevalier.

DUPLESSIS-MORNAY, Charlotte Abaleste de la Borde du, 1550-1606

Mariée en 1567 à Jean de Pas de Feuquières puis en 1576 à Duplessis-Mornay, ses Mémoires ont été publiés par la Fontenelle de Vaudoré et Auguis, en 1824 avec de nombreuses imperfections. Madame de Witt réalisa une édition plus correcte en deux volumes en 1868-1869, d’après un manuscrit autographe.

Madame de Mornay écrivit la vie de son mari pour son fils. Elle remit la première partie de son travail à ce destinataire, en avril 1595 ; elle s’arrêta après la mort de celui-ci en 1605. Elle débute avec la naissance de son futur mari (1549) ; elle a utilisé pour cette période leurs souvenirs, mais elle donne peu d’éléments avant 1572, et n’entre peu dans les détails avant 1576. Protestante ardente, elle ne montre pas de fanatisme dans ses jugements, mais se montre très sensible aux injustices dont son mari pouvait avoir eu à se plaindre, soit de la part de Rosny, soit de la part du roi. Le récit s’achève sur le point culminant de la mort du fils, destinataire du récit.

FABAS, Jean de, ?-?

Capitaine protestant, il a pris les armes contres les infidèles , fut captif à Tripoli puis participa aux combats lors des premiers troubles en France. Son œuvre, Mémoires, 1559-16 janvier 1568, a été publié par Barckhausen en 1868.

FABREGUES, Jean de, ?-?

Les Mémoires du sieur de Fabrègues n’ont été publiés qu’une seule fois, en 1680 par Pierre Louvet. Ils se trouvent au sein d’un recueil intitulé Additions et illustrations sur les deux tomes de l’histoire des troubles en Provence. Le texte est avant tout utile pour l’histoire locale.

Cet assesseur au Parlement d’Aix, fervent catholique, se déclara pour la Ligue et s’opposa à Henri IV qu’il considérait comme un hérétique. L’oeuvre témoigne de cette virulence.

GACHES, Jacques, 1555- ?

Huguenot assez modéré, ce mémorialiste était consul de Castres en 1596 et 1604. L’œuvre s’intitule Mémoires de Jacques Gaches sur les Guerres de religion à Castre et dans le Languedoc, 1555-1610, et fut publiée par Charles Pradel en 1879. Il s’agit d’une source utile pour l’histoire du Languedoc durant les Guerres de religion.

GAMON, Achille, 1530-1597

Né à Tournon et parti à Toulouse pour y réaliser des études de droit, Achille Gamon devint avocat et consul d’Annonay. Il était un protestant modéré (à tel point que certains l’ont cru catholique ; il est pourtant enterré dans le cimetière protestant) qui n’approuvait pas les excès de son parti dans cette période trouble.

Dans ses Mémoires, l’homme se montre préoccupé de ses intérêts matériels et relate les événements du Vivarais et du Languedoc, surtout pour la période 1574-1576. Son œuvre se présente ainsi comme une source riche de l’histoire locale. Après 1576, le texte s’interrompt pour ne reprendre que pour les années 1585-1586. Ils ont probablement dû être achevés vers la fin de 1586.

GAY, Thomas 1547-1586, Gaspard 1560-1606 et Antoine 1571-1653

Ce texte a la particularité d’avoir été rédigé par trois frères protestants, et couvre la période allant de 1574 à 1640. Tous participèrent aux guerres du temps. Thomas mourut en 1586 à 42 ans. Gaspard vécut 46 ans, il avait été député par Henri IV à Lyon pour défendre les intérêts de la ville de Die. Antoine fit rapidement une carrière dans l’armée pour atteindre le grade de capitaine, et participa à de nombreuses batailles notamment d’Esparron et de Pontcharra. Ces rédacteurs étaient de fervents défenseurs des intérêts de leur foi.

L’œuvre s’intitule Mémoires des frères Gay de Die pour servir à l’histoire des guerres de religion en Dauphiné et spécialement dans le Diois, publiée par Jules Chevalier en 1888. L’éditeur a mêlé les manuscrits des trois auteurs et a essayé de combler les lacunes en utilisant les Mémoires d’Eustache Piémont. Aussi, l’analyse de ce texte invite à la prudence.

GOUYON, Charles, baron de la Moussaye, 1548-1593

Gentilhomme breton, il était un catholique devenu huguenot. Le principal dessein de ce mémorialiste fut de raconter à ses enfants les vertus de leur mère, qu’ils perdirent dans la fleur de l’âge. Il s’agit surtout d’un panégyrique, mêlé de confessions, où l’auteur dévoile ses sentiments et fait des confidences. Il est fait état de nombreux détails sur le mode de vie de la noblesse au XVIe siècle, notamment les visites entre voisins, les promenades ou la vie de château. Il y a également une abondance de détails intimes et familiers. Enfin, il est également mentionné de moments peu connus, comme le voyage de Condé à Jersey en 1585.

L’œuvre s’intitule Mémoires de Charles Gouyon, baron de La Moussaye (1553-1587) : Brief discours de la vie de tres sage et tres vertuze dame Madame Claude du Chastel, rédigée par escrit par Charles Gouyon son mary, pour servir de memoire à ses enfans et postérité, publiée par P. Parfouru et G. Vallée en 1901.

GROULART, Claude, 1551-1607,

Claude Groulart appartenait à une riche famille de Dieppe. Son adhésion à la Réforme, quoique plausible, ne semble pas être avérée : elle n’est attestée dans aucun des documents qu’il rédigea. Nous savons toutefois que l’homme fuit vers Genève après le massacre de la Saint-Barthélemy d’où il ne revint qu’en 1578. Il ne demeura pourtant pas (ou ne fut tout simplement pas) protestant. Protégé du duc de Joyeuse, il devint président du Parlement de Normandie en 1585. Rallié à Henri IV, il usa de toute son influence et d’une partie de sa fortune pour faire reconnaitre son autorité.

Ses Mémoires ont été publiés pour la première fois en 1826 dans la collection Petitot et Monmerqué. Ils évoquent essentiellement la ville de Rouen et n’évoquent que très peu le temps des troubles religieux. Il y est notamment raconté la conversion de Henri IV, le divorce et le projet de mariage avec Gabrielle.

HATON, Claude, 1534-1605

Prêtre catholique, Haton se montra intransigeant et particulièrement hostile à l’égard de Catherine de Médicis qu’il accusait de collusion avec les huguenots. Il se montra également très critique envers Michel de l’Hospital, et les Montmorency. L’homme fut à l’origine de la création d’une milice composée de prêtres guerriers pour défendre la ville de Provins.

Ses Mémoires, intitulés Mémoires de Claude Haton, contenant le récit des événements accomplis de 1553 à 1582, principalement dans la Champagne et la Brie, constituent une précieuse source d’informations sur la réception des Guerres de Religion en Champagne et à la cour. Les préoccupations des populations du temps sont également particulièrement perceptibles. Le récit de Claude Haton est ponctué d’éléments concernant la vie quotidienne, notamment le coût des denrées ou des éléments de météorologie. La première publication de ce texte a été réalisée par Félix Bourquelot en 1857, mais demeurait incomplète (14). Une édition intégrale publiée sous la direction de Laurent Bourquin a vu le jour en 2001 (15).

LA FORCE, Jacques Nompar de Caumont, duc de, 1558-1652

Protestant miraculé de la Saint-Barthélemy, il passa au service du roi de Navarre, combattit à Arques et devint gouverneur de Béarn. Homme de guerre, il devint l’un des fidèles du roi Henri IV qu’il accompagnait lors du régicide et fut le premier à interroger Ravaillac ; il finit par obtenir le titre de maréchal en 1622. Il fut longtemps opposé à Louis XIII contre lequel il n’hésita pas à prendre les armes.

L’homme a écrit ses Mémoires à diverses reprises, tantôt développant ses souvenirs, tantôt essayant de construire un récit général. Le texte, dont les manuscrits n’avaient pas tous la même importance, a été assemblé par l’éditeur ; il est plus étoffé après 1589 et surtout à propos de la conspiration de Biron. Le récit s’intitule Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont, duc de la Force, maréchal de France, et de ses deux fils, les marquis de Montpouillan et de Castelnau, depuis la Saint-Barthélemy jusqu’à la Fronde, pour faire suite à toutes les collections de mémoires sur l’histoire de France, publiés par le marquis de La Grange, tomes 1-3, Paris, Charpentier, 1843. L’œuvre contient, en appendice de chaque volume, la correspondance et les documents qui pourraient éclairer le récit.

LA HUGUERYE, Michel de, 1545-?

Né près de Chartres dans une famille aisée, il fit une carrière de secrétaire, n’a quasiment jamais habité la France et n’a rempli aucun rôle officiel. Aussi, peu d’éléments biographiques sont parvenus jusqu’à nous. Ayant étudié au Collège de Navarre, il eut pour condisciples quelques personnages illustres de son temps : Villeroy, Jeannin ou d’Entragues. Agent de Condé en Allemagne, il passa au service de la maison de Lorraine en 1588.

Ses Mémoires Inédits (1570-1602) ont été publiés pour la première fois par A. de Ruble chez Renouard en 1878 (3 volumes). Rédigés en 1604-1606, ils contiennent de nombreux détails personnels, parfois difficilement vérifiables (il aurait notamment prémédité le massacre de la Saint-Barthélemy). D’abord huguenot, il passa du service de Condé à celui de Charles III de Lorraine, fervent catholique, et rédigea son œuvre alors que sa foi avait évolué. La seconde partie du texte, qui correspond au tome 3 de l’édition de Ruble, est d’ailleurs dédiée à Charles.

LA MOTTE-MESSEME, François Le Poulchre, seigneur de, 1546-avant 1597

Militaire et écrivain du XVIe siècle, François de La Motte-Messemé est né à Mont-de- Marsan en 1546 dans le palais de Marguerite de Navarre où son père était surintendant. Catholique, il a participé aux batailles de Saint-Denis, Jarnac et Moncontour.

Ses Mémoires ont pour titre Les sept livres des honnêtes loisirs de M. de la Motte- Messemé, chevalier de l’ordre du roi et capitaine de cinquante hommes d’armes de Sa Majesté. Intitulés chacun du nom d’une des planètes, qui est un discours en forme de chronologie où sera véritablement discouru des plus notables occurrences de nos guerres civiles, et des divers accidents de l’auteur. Dédiés au roi, ils ont été publiés pour la première fois à Paris en 1587 et ont la particularité d’avoir été rédigés en vers. Le texte débute par la mort de Henri II et s’interrompt en 1569.

LA NOUE, François de, 1531-1591

Gentilhomme breton, converti au protestantisme en 1558 et attaché aux Chastillon, il s’engagea dans les premiers troubles. Blessé à Fontenay, il perdit un bras et prit alors le surnom de « bras de fer ». Envoyé en Flandre par le duc d’Alençon, il fut fait prisonnier et resta cinq ans captif des Espagnols. Il défendit Sedan en 1588, servit Henri IV et mourut au siège de Lamballe en 1591.

Il a écrit ses Mémoires, intitulés Discours politiques et militaires, pendant sa captivité ; ils furent publiés en 1587 par du Fresne-Canaye. Ce sont les souvenirs d’un homme d’action qui essaie de donner une étude critique et suffisamment impartiale des événements dont il a été témoin. Son éducation humaniste est clairement perceptible. Sa correspondance a également été publiée au cours du XIXe siècle, tout comme ses Commentaires de Vies de Plutarque.

MERGEY, Jean de, 1536- ?

Attaché au comte de La Rochefoucauld duquel il était le secrétaire, Mergey était renseigné sur les relations de Catherine avec Condé ; il était à Dreux, à Orléans, à Poitiers, à Moncontour.

Son œuvre s’intitule Mémoires du sieur Jean de Mergey, gentilhomme champenois, et fut publiée par Noël Moreau en 1619. De 1562 à 1574, les souvenirs du gentilhomme champenois se font plus abondants ; ils ne cessent d’être écrits sans prétention, sans fanatisme, par quelqu’un qui dit ne rédiger que ce qu’il a vu. Il rédigea un récit très personnel de la Saint-Barthélemy puisqu’il témoigna des événements survenus à l’intérieur du Louvre ; cet épisode est particulièrement long dans l’œuvre.

MERLE, Mathieu, baron de Lagorce de, 1548- ?

Né à Uzès, ce capitaine huguenot ne savait ni lire ni écrire ; il est un formidable exemple de l’ascension sociale possible lors des Guerres de Religion. La date de son décès n’est pas connue avec certitude : le marquis d’Aubais évoque la fin de l’année 1583 alors que d’autres sources affirment qu’il était toujours vivant après la bataille de Coutras, fin 1587.

Ses Mémoires ont été publiés par d’Aubais, in Pièces fugitives, d’après un manuscrit de la bibliothèque de Thou. Ils ne sont pas complets et vont de 1568 à 1580 ; ils évoquent essentiellement l’Auvergne, le Velay, le Rouergue. La réaction du texte est l’œuvre du colonel Gondin, le compagnon d’armes de Merle.

MESMES, Henri de, 1532-1596

Seigneur de Roissi et de Malassise, il occupa très jeune une chaire de droit à Toulouse et devint magistrat. Il fut nommé par Henri II en 1557 à Sienne pour rendre la justice au nom du roi de France, dans une ville qui venait de se placer sous sa protection ; il y resta jusqu’à la paix du Cateau-Cambresis. Lié au chancelier de l’Hospital, Henri de Mesmes eut une grande influence durant le règne de Charles IX et négocia avec Biron la paix dite « boiteuse et malassise » de 1570 que les protestants payèrent chèrement deux ans plus tard. Disgrâcié, il en profita pour faire le récit de sa vie qui retrace sa carrière et évoque les avantages du repli sur soi.

L’oeuvre s’intitule Mémoires inédits de Henri de Mesmes seigneur de Roissy et de Malassise, podestat de Sienne, diplomate, conseiller au Parlement de Paris, maître des requêtes au conseil d’état, chancelier du roi de Navarre et de la reine Louise de Lorraine. Elle fut publiée par Leroux, en 1886.

MONLUC, Blaise de, 1502-1577

Homme de guerre catholique, il participa notamment à la bataille de Pavie, à l’expédition de Naples en 1527, au siège de Perpignan de 1542, et organisa la répression des protestants en Guyenne. Le 23 juillet 1570, au siège de Rabasteins, Monluc reçut un coup d’arquebuse qui mit en danger sa vie. Hors d’état de porter les armes, il dicta ses Mémoires.

Son œuvre est appelée Commentaires, et fut rédigée à la manière de ceux de César. Tout laisse supposer que Monluc n’a pas seulement écrit à partir de ses souvenirs et s’est appuyé sur des documents écrits, notamment des lettres échangées avec le roi, qu’il analyse. Certaines époques sont passées sous silence, vraisemblablement pour ne pas évoquer les relations de Monluc avec Philippe II et ses trahisons : il souhaite mettre en valeur l’homme de guerre qu’il fut. Aussi, son œuvre se présente comme un véritable plaidoyer ayant pour toile de fond les campagnes militaires. Disgracié par Charles IX puis fait maréchal par Henri III auquel il dédie son œuvre, il se montre dans ses Mémoires à la fois impitoyable et humain, violent et mesuré en fonction des circonstances.

PAPE, Jacques, seigneur de Saint-Auban, ?-1594

Gentilhomme dauphinois, il fut le page de Coligny. Né catholique, il se convertit au calvinisme et en devint un fervent défenseur.

Ses Mémoires, 1572-1587, ont été écrits au début du XVIIe siècle. Outre quelques détails sur l’attentat de Maurevel auquel il assista, ainsi que des souvenirs personnels de la Saint-Barthélemy, ces Mémoires sont relatifs aux expéditions de Chastillon, en 1586-1587 en Dauphiné et en Languedoc. La première publication intégrale est celle de Grenoble en 1901.

PHILIPPI, Jean, ?- ?

L’attribution de ces Mémoires à Philippi, conseiller à la Cour des Aides de Montpellier, catholique royaliste, n’est pas vraisemblable selon Hauser (16). Il semble en effet que l’auteur de ce texte ait été un catholique modéré, sujet fidèle, dont la jeunesse se place sous François Ier, et qui a dû mourir vers 1596-1597 ; il demeure néanmoins anonyme.

L’œuvre, intitulée Mémoires touchant les choses advenues pour le fait de la religion à Montpellier et dans le Bas-Languedoc, 1560-1600, ne s’intéresse qu’à la région montpelliéraine. Elle ne donne plus que de brèves indications à partir de 1578. La première édition non modernisée et donc plus correcte est celle de 1880.

PIEMONT, Eustache, 1550-1608

Notaire de Saint-Antoine en Dauphiné et secrétaire de l’abbaye du même nom, ce catholique s’est employé à relater les souffrances des populations durant les Guerres de religion.

Ses Mémoires couvrent les années 1572-1608, et ont été publiés en 1885 à Valence. C’est après 1598 qu’il rédigea d’après ses notes la première partie de son texte (surtout développée à partir de 1575), puis il écrivit, au fur et à mesure que se déroulèrent les événements, la seconde partie, dont le récit s’arrête brutalement en 1608.

PUGET, Antoine du, seigneur de Saint-Marc, ?-1625

Gentilhomme provençal et issu d’une très ancienne famille originaire de Saint- Maximin, Antoine du Puget servit sous quatre rois. Il embrassa très tôt la carrière des armes qu’il débuta comme capitaine d’infanterie pour atteindre, en 1625, le grade de maréchal de camp.

Son œuvre s’intitule Mémoires inédits d’Antoine du Puget, sieur de Saint-Marc, concernant les troubles de religion dans le midi de la France, depuis l’année 1561 jusqu’à 1597. Ils contiennent de très nombreuses descriptions militaires des troubles du temps, mais s’intéressent peu aux causes et aux effets des affrontements.

ROCHECHOUART, Guillaume de, 1497-1568

Ces Mémoires particulièrement courts sont ceux du maître d’hôtel de Charles IX qui servit sous cinq différents rois depuis Louis XII. Demeuré catholique, il n’a pas participé activement aux Guerres de Religion, probablement en raison de son grand âge lors du début des troubles. Le texte a été rédigé entre 1565 et 1568, à l’intention de ses enfants. L’auteur y explique vouloir mettre en ordre ses affaires avant de mourir.

ROMANY, Loys, ?- ?

Marchand d’Arles illettré, Loys Romany dicta ses Mémoires. Le début des troubles n’est pas évoqué ; le développement se fit davantage sur les événements marseillais de 1594. L’œuvre n’aborde quasiment pas la vie de son auteur : la seule mention qui y fait allusion se trouve à la toute fin du texte.

Le texte est appelé Mémoires tenu par moi Loys Romany, marchand d’Arles, et escrit par main d’autruy, ne sçachant par moy escrire, de tout ce qui est arrivé en Arles, et encore à quelques autres lieux, de remarquable, despuis l’an de grâce 1581, jusqu’au présent jour 14. febvrier 1621. Il a été publié dans Le Musée, revue arlésienne, historique et littéraire, en 1875.

SAULX-TAVANNES, Gaspard, seigneur de, 1509-1574

Maréchal de France, il servit sous François Ier et fut fait prisonnier à Pavie. Catholique, il prit part au massacre de la Saint-Barthélemy et combattit le protestantisme en France sous Charles IX. Il fonda en 1567 la Confrérie du Saint-Esprit, ligue bourguignonne dont le but était d’empêcher la propagation de la foi huguenote.

Ses Mémoires ont été rédigés par son fils Jean qui y mêla de nombreux éléments de sa propre existence. Jean de Saulx-Tavannes, ligueur, lutta trois ans contre son frère Guillaume resté fidèle au roi ; il fut emprisonné plusieurs fois au cours de sa carrière. L’œuvre est intitulée Mémoires de très noble et très illustre Gaspard de Saulx, seigneur de Tavannes, maréchal de France, amiral des mers de levant, gouverneur de Provence, conseiller du roi, et capitaine de cent hommes d’armes, Lugny, Fourny, publiée en 1653. L’ouvrage parut sans date ni adresse et ne fut alors pas commercialisé : le privilège royal n’avait pas été obtenu. Les Mémoires couvrent la période comprise entre 1515 et 1596 et contiennent de très longues digressions et réflexions de l’auteur.

SAULX-TAVANNES, Guillaume, vicomte de, 1554-1633

Fils aîné de Gaspard, il résista à la Ligue bourguignonne et s’opposa à son frère Jean qui la commandait. Catholique, déclaré dès 1589 en faveur de Henri IV, il fut cependant victime des rancunes du roi à l’encontre du reste de sa famille. Dépouillé en 1594 de la lieutenance générale et n’ayant retiré aucun bénéfice de son allégeance, il écrivit ses Mémoires durant cette disgrâce.

L’œuvre s’intitule Mémoires de plusieurs choses advenues en France ès guerres civiles, 1560-1596, publiée pour la première fois en 1625, à Paris.

SULLY, Maximilien de Béthune, baron de Rosny, duc de, 1559-1641

Les secrétaires de Sully ne se mirent au travail que très tard, alors que de nombreux ouvrages historiques avaient déjà été publiés (17). En effet, à propos de la Saint-Barthélemy, il est visible que les rédacteurs ont lu de près l’historiographie huguenote ; ils admettent la préméditation, au moins de la part de Catherine, des frères du roi, de ses conseillers et des Guise. La première version de l’œuvre a été écrite à partir de 1611 et était terminée en 1617. Sully était alors en disgrâce mais il ne la considéra pas comme définitive, ce qui n’était plus le cas lorsqu’il décida de faire imprimer ses Mémoires en 1638. Il y a donc lieu de distinguer la première version des Mémoires, restée manuscrite, et celle qui fut imprimée clandestinement au château de Sully, sous ce titre : Mémoires des sages et royales Œconomies d’Estat, domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand, L’exemplaire des rois, le prince des vertus, des armes et des lois, et le père en effet de ses epuples françois. Et des servitudes utiles, obéissances convenables et administrations loyales de Maximilian de Bethune, l’un des plus confidens, familiers et utiles soldats et serviteurs du grand Mars des François. C’est l’édition dite des VVV verts, qui ne contient que deux tomes s’arrêtant en 1605. Sully, en 1638, est septuagénaire ; il est irrémédiablement aigri. En outre, quand il remanie son texte primitif, le terrain n’est plus vierge : d’Aubigné est paru en 1616-1620, Villeroy en 1622, Mornay en 1624.

Les Œconomies Royales sont écrites à la deuxième personne, et comme un discours que les secrétaires de Rosny auraient adressé à leur maitre. Il semble qu’un secrétaire, le Gendre, fut chargé de compiler des textes partiels d’autres secrétaires. Sully a remanié avec Le Gendre cette compilation, il en a comblé les lacunes, inséré des documents ; le manuscrit porte des corrections, des additions, des suppressions de sa main. Les deux derniers tomes, préparés pour l’impression, ne furent publiés qu’en 1662. Dans ce texte, il est question de la mémoire de Henri IV qu’il convient de défendre – et donc celle de son principal ministre. Il s’agit en réalité d’un plaidoyer contre ceux qui ont dénigré le rôle de Sully, une protestation contre ceux qui l’ont passé sous silence, une attaque contre ses ennemis personnels. La vanité de Sully, ses haines, recuites dans la retraite, trouvent ici l’occasion de se satisfaire. La glorification personnelle de l’ancien ministre est, dans l’œuvre, l’élément le plus marquant.

THOU, Jacques-Auguste de, 1553-1617

D’abord voué à une carrière ecclésiastique, de Thou devint maître des requêtes au Parlement de Paris en 1585 puis conseiller d’Etat en 1588. Catholique modéré, opposé à la Ligue, il œuvra à la réconciliation de Henri III et Henri de Navarre. Lettré, il rencontra les plus grands esprits de son temps, fréquentait Montaigne et collecta une fameuse bibliothèque qu’il ouvrait aux étrangers et aux étudiants. Il a rédigé une grande Histoire Générale, qui demeure son œuvre principale, et pour laquelle il a subi de nombreuses critiques.

Ses Mémoires vont de 1553 jusqu’en 1601 et ont été rédigés en 1614 en réponse aux attaques subies par son travail d’historien. Il s’adresse ainsi à ses détracteurs et fait son apologie. Le titre original est I. Aug. Thuani Vita. Il est le seul mémorialiste de la période à avoir rédigé son œuvre en latin.

VALOIS, Marguerite de, 1553-1615

Reine de Navarre après son mariage en 1572, elle devait dès lors symboliser la paix entre catholiques et les protestants ; ce fut sans compter sur le massacre de la Saint- Barthélemy qui suivit de près la cérémonie. Elle fut disgraciée à plusieurs reprises, et captive au Louvre puis à Usson. Ancrée dans sa foi catholique, elle fit preuve d’une certaine modération après son union avec Henri de Navarre, qui ne dura que jusqu’en 1599.

Ses Mémoires, publiés pour la première fois par Auger et Mauléon en 1628, ont été écrits à Usson (c’est-à-dire entre 1585 et 1605, probablement après l’annulation de son mariage). Ils sont dédiés à Brantôme ; celui-ci avait communiqué à la reine les pages qu’il avait écrites à sa louange, les Mémoires en sont une addition. Le texte s’interrompt en 1582 et évoque son mariage, le massacre de la Saint-Barthélemy (elle est l’une des deux mémorialistes à témoigner des événements intervenus à l’intérieur du Louvre, avec Jean de Mergey), le parti des Politiques, les intrigues en Flandre en faveur de son frère préféré François. Elle est muette à propos de sa vie sentimentale mais évoque les infidélités du roi son mari. Marguerite écrit assez tard, d’après ses souvenirs. Le texte est clairement une apologie. Elle a également écrit bien d’autres textes qui nous sont parvenus : Mémoire justificatif pour Henri de Bourbon, Discours, ainsi qu’une abondante correspondance.

VIEILLEVILLE, François Scépeaux, maréchal de, 1509-1571

Homme de guerre, protégé de François Ier et catholique modéré, on lui doit la réunification de Metz à la France. En outre, il participa à l’élaboration de la paix à Cateau- Cambrésis. Il fit la guerre aux protestants mais avec une certaine retenue par rapport aux autres chefs de guerre du temps. Possédant la confiance de Charles IX duquel il avait arrangé le mariage, il suscita la jalousie et mourut empoisonné en 1571. Certains ont vu autre chose derrière cet attentat : Vieilleville aurait pu être un obstacle au massacre de la Saint- Barthélemy.

Ses Mémoires de la vie du Maréschal de Vieilleville ont été rédigés durant le règne de Henri III par Carloix, son secrétaire. Scépeaux était alors décédé et le récit du scripteur se montre particulièrement bienveillant à l’égard du maréchal. Le texte fut publié en 1757 par le père Griffet.

VILLEGOMBLAIN, François Racine, seigneur de, ?- ?

Le texte de Villegomblain est titré Mémoires des troubles arrivés en France sous les règnes des rois Charles IX, Henri III et Henri IV, avec les voyages des sieurs de Mayenne et de Joyeuse, au Levant et en Poitou. Publiés par son neveu en 1667, ils ont été écrits après 1610, et vont de 1562 à 1605. Le mémorialiste fut un page de Charles IX, il prit part aux opérations de 1568-1570. Catholique mais royaliste, il s’est rallié très vite à Henri IV.

L’œuvre est extrêmement décousue, avec de nombreux retours en arrière. Dans le premier volume, il est fait état de ce dont il a « ouy parler », et de la campagne en Poitou, de l’éloge de Henri IV, puis le récit remonte aux premières guerres, avec de nombreux détails sur les événements des années 1570 ; ce tome s’interrompt sur la mort de Henri III. Le second volume contient, après les Mémoires, le Voyage de M. le duc de Mayenne en Levant, et le Voyage de M. le duc de Joyeuse en Poitou et sa mort en l’année 1587. Henri Hauser considère que tous ces morceaux ont été indépendamment écrits puis cousus ensemble (18).

VILLEROY, Nicolas de Neufville, seigneur de, 1543-1617

Emissaire de Catherine de Médicis au temps de la régence de Charles IX, Il fut nommé secrétaire d’Etat en 1567 et s’occupa toute sa carrière des affaires extérieures du royaume. Il se déclara dès 1589 en faveur de Henri IV à condition que celui-ci se convertît. Après la retraite de son adversaire Sully qui avait participé à sa disgrâce, Villeroy eut un grand crédit à la cour. Partisan des mariages espagnols, il les fit conclure. Toutefois, en ayant conseillé de prendre des mesures contre Condé, il déplut à Concini qui le fit renvoyer en 1616 ; il fut rappelé par Louis XIII après l’assassinat du favori italien.

Son œuvre s’intitule Mémoires servant à l’histoire de notre temps par messire Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, conseiller d’état et secrétaire des commendements des rois Charles IX, Henri III, Henri IV et Louis XIII, à présent régnant. Ils ont été publiés peu de temps après sa mort, le premier volume en 1622 par Mauléon, les second, troisième et quatrième de 1628 à 1634 par Mesnil Bazire. Le texte se présente comme une apologie du vieux ministre et de sa conduite pendant les Guerres de Religion.

 

___________________

(1) A ce propos, voir l’article de Jeanne DEMERS, « A l’origine d’une forme : les Mémoires de Commynes », Cahiers de l’association internationale des études françaises, 1988, volume 40, p. 7-21.

(2 ) Henri HAUSER, Les Sources de l’Histoire de France au XVIe siècle, Paris, Picard, 1906, 4 volumes ; Louis ANDRE et Emile BOURGEOIS, Les Sources de l’Histoire de France, XVIIe siècle, Paris, Picard, 1913.

(3) Nadine KUPERTY-TSUR, Se dire à la Renaissance. Les Mémoires au XVIe siècle, Paris, J. Vrin, 1994.

(4) Emmanuèle LESNE, La poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Honoré Champion, 1996, p. 20.

(5) Marc FUMAROLI, « Les Mémoires du XVIIe siècle au carrefour des genres en prose », XVIIe siècle, 1971, numéro 94-95.

(6) Nadine KUPERTY-TSUR, Se dire à la Renaissance…, op. cit., p. 9.

(7) Madeleine BERTAUD, François-Xavier CUCHE (dir.), Le genre des Mémoires, essai de définition, Actes du colloque international des 4-7 mai 1994 du groupe de recherche « Littérature et politique sous l’Ancien Régime », Paris, Klincksieck, 1995.

page20image16168

(8) Antoine FURETIERE, Dictionnaire, 1680.
page21image552

(9) Notons toutefois que certaines chroniques ont pu être rétrospectives, et nous pouvons citer en ce sens César DE NOSTREDAME, L’Histoire et chronique de Provence, Lyon, Rigaud, 1614.

(10) Le mémorialiste d’Ancien Régime est le plus souvent un homme disgracié, retraité ou exilé.

(11) Ainsi, des journaux qui ne portaient pas de nom lors de leur rédaction ont pu être rebaptisés au moment de leur publication, et devinrent alors des « Mémoires », classés comme tels dans les catalogues. Le Journal de Pierre de l’Estoile, publié en 1875 est une parfaite illustration de ce phénomène : qualifié de « registre » par son auteur, il se trouve dans la catégorie « Mémoires » dans les Sources de l’Histoire de France de Louis André et Emile Bourgeois.

(12) Notre analyse fait état de 7% de femmes pour 93% d’hommes mémorialistes.

(13) L’appartenance de ce texte a un corpus de Mémoires du XVIe siècle n’est pas forcément évidente. La question est d’importance : y répondre reviendrait à conférer à Jeanne d’Albret – ou à Marguerite de Valois – le statut de première mémorialiste de sexe féminin de l’histoire. Eliane Viennot qualifie le récit de la reine de Navarre de Mémoire justificatif , autrement dit un texte destiné à être divulgué immédiatement et à infléchir le cours de la vie politique. Si l’on s’en tient à cette définition, la plupart des Mémoires du XVIe siècle, et même si leur auteur affirmait vouloir qu’il demeurassent secrets, pourraient être qualifiés de Mémoires justificatifs. Pourtant, pourquoi accorderions-nous notre crédit à des mémorialistes qui affirment de pas souhaiter être lus ? Les mémoires d’Ancien Régime n’étaient- ils pas souvent rédigés afin d’être connus d’un cercle de fidèles, les convaincre, et dans le secret espoir de voir opérer un changement de condition ? Jeanne d’Albret ne justifia-t-elle pas ses actes comme le firent quelques années plus tard Choisnin, La Force, Monluc ou Sully ? Nous le pensons. Aussi, en vertu de la définition du mot Mémoires que nous avons signalée ci-dessus, l’oeuvre de la Reine de Navarre nous semble mériter sa place au sein de notre corpus. Voir Eliane VIENNOT (ed.), Marguerite de Valois. Mémoires et Discours, Saint-Etienne, PUSE, 2004, p. 27.

(14) BOURQUELOT Félix, Mémoires de Claude Haton contenant le récit des événements accomplis de 1553 à 1582, principalement dans la Champagne et la Brie, Paris, Collection des Documents Inédits sur l’Histoire de France, 2 volumes, 1857.

(15) BOURQUIN Laurent (dir.), Mémoires de Claude Haton (1553-1582). Edition intégrale, Paris, Editions du C.T.H.S., 4 volumes, 2001-2007.

(16) Henri HAUSER, Les Sources de l’Histoire de France au XVIe siècle…, op. cit., tome 3, p. 94.

(17) Ibid., p. 62.

(18) Ibid., tome 3, p. 41.


Publié par

Bruno Tolaïni

Doctorant à l'EHESS sous la direction de Jean Boutier, je travaille sur la mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion. Passionné par ces travaux, je partage mon temps entre mon métier d'enseignant dans le secondaire et mes recherches.

3 réflexions au sujet de « Mémoires et mémorialistes des Guerres de Religion »

  1. Bonjour,
    Sujet très intéressant.
    Permettez-moi de porter à votre connaissance la sortie d’un recueil en juillet 2015 « Mémoires et mémorialistes à l’époque des Guerres de Religion » chez Honoré Champion :
    http://www.honorechampion.com/fr/champion/8925-book-08532695-9782745326959.html
    J’ai par ailleurs publié en 2011, toujours chez Honoré Champion une nouvelle édition des Mémoires de Jacques Carorguy.
    http://www.honorechampion.com/fr/champion/7524-book-08531976-9782745319760.html
    Bien sincèrement,
    Jacky Provence

  2. En me documentant sur les guerres de religion, spécialement en Auvergne, j’ai découvert votre site.
    Vous y présentez une quarantaine de textes d’époque qui me semblent tous très intéressants.
    Je n’y ai pas trouvé mention du manuscrit d’Issoire, texte qui figure au catalogue des archives départementales de Clermont-Ferrand, sous forme De microfilm. La mairie d’Issoire, dans son service des archives, en possède une version papier (Une copie, l’une des nombreuses copies qui contiennent toutes quelques variantes)
    Je m’en suis servi pour rédiger quelques pages sur l’histoire d »Issoire, dans mon ouvrage sur « Périers, une paroisse de basse Auvergne, quatre siècles d’histoire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *